Accueil - Beauté - 40 ans, Pleinement Femme

40 ans, Pleinement Femme

 

A 40 ans, vous vous sentez épanouie et plus femme que jamais, au « top » de votre séduction, de votre vie professionnelle et sociale. Vous ne ressemblez à personne d’autre qu’à vous-même, vous êtes tonique, « bien dans votre peau et dans votre tête », en pleine forme, parfois même vous envisagez de mettre en route un nouveau bébé…

Alors la ménopause, vous n’avez pas du tout envie d’en entendre parler. Pour vous, elle est encore sur « l’autre rive », à des années lumière de vos préoccupations du moment.

Et pourtant… votre corps est déjà à la recherche d’un nouvel équilibre. Vous le constatez à quelques signes avant-coureurs : des cycles irréguliers, l’accentuation du syndrome prémenstruel, des difficultés à perdre du poids, un certain relâchement cutané, une instabilité d’humeur, du sommeil… Ce sont les balbutiements de la pré-ménopause.

Dans un premier temps, vous n’y prêtez pas plus attention que ça. D’ailleurs de nombreuses femmes sont en pré-ménopause sans le savoir. Vous pensez que ces troubles, même s’ils vous gâchent la vie, font partie de votre « lot » de femme.

40 ans, Pleinement Femme

Une zone de turbulence

A partir de 40 ans, s’installe une période transitoire annonciatrice de la ménopause qui va de l’irrégularité des cycles à leur arrêt total : c’est la pré-ménopause.

Cette phase peut durer entre 18 mois et 5 ou 6 ans, voire plus. L’âge moyen de la pré-ménopause se situe aux alentours de 43-45 ans et celui de la ménopause à 51 ans. Mais les premiers signes de lapré-ménopause se manifestent de plus en plus tôt aujourd’hui, vers 40-42 ans, notament à cause du tabac : une consommation excessive de l’ordre d’un à deux paquets de cigarettes par jour depuis 20 ou 30 ans, peut avancer la pré-ménopause et la ménopause de plusieurs années.

Alors autant vivre cette période de déséquilibre hormonal, responsable de troubles et d’inconfort, le mieux possible. Car la ménopause n’est pas une maladie, c’est un grand bouleversement hormonal, un processus naturel et inéluctable, aussi important dans notre vie de Femme que la puberté, les grossesses…

La pré-ménopause se caractérise par une diminution progressive des sécrétions ovariennes, qui modifie l’équilibre biologique. La sécrétion de progestérone, la première à chuter, va rapidement diminuer et tomber à zéro ou presque, ce qui va initier un déséquilibre au profit des œstrogènes. Le taux d’œstrogènes baisse plus progressivement. La synthèse d’androgènes (DHEA) par l’organisme augmente pour compenser l’absence de progestérone.

Conséquence de tout cela : un cortège de troubles gênants.

Les signes de carences

Signes de baisse de la progestérone
– des cycles irrégliers,
– des sentiments de gonflements,
– des sautes d’humeur,
– une altération de la libido.

Signes de baisse des estrogènes
– des bouffées de chaleur,
– des troubles du sommeil,
– une asthénie,
– un état psychologique fragile.

Signe d’augmentation des androgènes
– une augmentation de la pilosité ou à l’inverse une chute des cheveux.

Signes de l’oxydation cellulaire
– un relâchement et un vieillissement cutané.

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une note ...

User Rating: 5 ( 1 votes)

A Voir aussi

Produits de nos terroirs

Rien de virtuel, il s’agit de goût, d’odeur et de saveur. Elles vous proposent de …

Laisser un commentaire