Accueil - Couple - A chacun ses petites manies !

A chacun ses petites manies !

 

 La Tactique du Câlin 

On pourrait appeler ça le « presque rien » qui gâche tout. Ce n’est qu’un détail, nous le savons, mais ce jour-là, à ce moment-là, il ruine les relations.

D’où vient le problème ? Pourquoi ce raclement de gorge, d’habitude toléré, devient-il soudain insupportable ? Pour répondre à la question, allons voir au-delà, demandons-nous ce qui ne va plus chez l’autre, chez nous ou entre nous, pour provoquer cette impatience.

Généralement, le malaise se résume en quelques mots : manque de tendresse, de connivence, de plaisir, de partage, de reconnaissance, d’attention.. Trop de distance s’est installée. On ne s’aime plus assez, tout simplement.

Le remède ? Tenter de s’aimer à nouveau, un peu plus fort. La vie nous apprend que l’amour a des hauts et des bas. Pour remonter la pente, jouons le rapprochement d’abord. Les reproches ensuite.

Néanmoins, certaines manies s’accentuent par provocation, et tous les câlins du monde n’y changeront rien. Sachant pourtant à quel point ses mauvaises habitudes nous contrarient, notre conjoint se laisse aller.

Est-ce du stress, de l’anxiété ? … Toujours est-il qu’il cherche la bagarre comme une soupape pour libérer une colère, une énergie.

Dans ce cas, acceptons la dispute, car il vaut mieux se chamailler pour des riens, que d’avoir à régler, plus tard, un conflit alourdi de contentieux muets. Sinon, ce sera une escalade du défi.

Après le jogging-charentaises, on aura droit aux savates trouées, à la salopette pleine de cambouis, etc.. jusqu’au clash recherché.

couple-manieAlors, vidons notre sac : le linge qui traîne, les retards… nous agacent. A nos yeux ce sont des manifestations d’égoïsme et d’irrespect intolérables.

Disons-le, avec diplomatie si possible, mais tout de suite, pour prévenir une scène plus grave.

Les manies augmentent à mesure que baisse le plaisir d’être ensemble. Quand tout va bien, d’un côté, on fait des efforts pour se corriger, de l’autre, on remarque moins ce qui agace.

En revanche, quand tout va mal, les petites manies s’accusent et l’autre ne voit plus que ça. L’aggravation des tics, des rituels énervants, du laisser-aller est un appel, un signe de malaise, voire de désespérance. Cela signifie que cela ne va pas, soit sur le plan conjugal, soit sur le plan personnel.

Les manies ne s’aggravent pas avec l’âge mais en proportion du mal-être. Face à ses manies, nous n’avons qu’une chose à faire : chercher à comprendre avec bienveillance.

 Savoir prendre du recul 

Pour nous faire plaisir nos « maniaques » arriveront de temps en temps à se modérer, mais n’espérons pas les changer totalement.

Dès qu’ils sont fatigués ou préoccupés, leur naturel revient au galop, car on ne peut pas vivre constamment dans l’effort.

En revanche, rien n’empêche de négocier des compromis et de trouver des solutions pratiques : instituer une « pièce du désordre », par exemple, acheter des conditionnements à piston pour le dentifrice.

Enfin, si cela ne suffit pas, essayons d’avoir des activités intéressantes, d’élargir notre horizon. Si nous sommes occupées, épanouies, l’indulgence reviendra.

Quoi qu’il en soit certains couples n’avoueront jamais, mais ils ont besoin de ces chamailleries pour se sentir « vivants ». Sans leurs batailles de tics, ils se sentiraient vieillir. Ils auraient l’impression de ne plus communiquer et, finalement, de ne plus s’aimer.

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une note...

User Rating: 4.35 ( 1 votes)

A Voir aussi

Les règles d’un dîner

  Il n’a jamais été aussi simple d’organiser une fête… Suivez notre code de bonnes …

Laisser un commentaire