Accueil - Beauté - Alimentation & Cheveux

Alimentation & Cheveux

 

Alimentation mal équilibrée : Gare à vos cheveux !

Aujourd’hui, notre nourriture a tendance à privilégier les substances acides, au détriment des substances basiques (alcalines). Ce déséquilibre peut avoir une influence négative sur la santé de notre chevelure, parfois même favoriser la chute des cheveux.

Si votre chevelure s’affaiblit, un régime alimentaire orienté sur l’équilibre acido-basique contribuera à stimuler ses fonctions vitales …

Alimentation et cheveux

Les répercussions d’une alimentation mal équilibrée

Qu’est-ce que l’équilibre acido-basique ? Pour vivre et se renouveler, votre organisme, en général (et vos cheveux, en particulier), ont besoin d’un apport quotidien en protéines, lipides, vitamines, glucides, minéraux et oligo-éléments.

Tous ces constituants appartiennent soit à la famille des acides, soit à la famille des bases (ou alcalins).

Les deux familles doivent se neutraliser naturellement l’une l’autre, à l’intérieur du corps, si votre alimentation et votre hygiène de vie sont correctes. Le pH n’est alors ni trop acide ni trop alcalin, on parle d’équilibre acido-basique.

Le pH est l’échelle de mesure qui identifie le degré d’acidité ou d’alcalinité d’une substance.

L’échelle varie entre 2 pôles :
– de 0, acidité absolue,
– à 14, alcalinité absolue.

Le pH du sang est de 7,4. Légèrement alcalin, il est défini comme le pH étalon, celui de la bonne santé.

Votre alimentation est-elle équilibrée ?

Votre équilibre acide-base s’établit par un système d’échange entre les apports énergétiques que vous fournissez à votre organisme, le métabolisme qu’ils subissent à l’intérieur du corps et le rejet à l’extérieur des déchets inutiles.

Les apports, c’est avant tout, bien-sûr, ce que vous mangez et buvez quotidiennement. Or, les nutritionnistes sont tous d’accord sur ce point : notre nourriture moderne est en général plus orientée vers la consommation d’aliments acidifiants que vers la consommation d’aliments alcalinisants. Attention, les acides se trouvent souvent là où vous les attendez le moins (cf. ci-dessous) !

Le terme acide. C’est un « faux ami » : il ne faut pas confondre acide au goût avec acide, terme chimique antagoniste de l’alcali.

Exemple : le citron. Malgré sa saveur acide, il libère des résidus minéraux qui le classent dans la famille des alcalinisants.

Autre exemple, la viande. Neutre au goût, les acides qu’elle génère, au cours de la digestion, la rangent dans la famille des acidifiants.

En gros, nous mangeons :
– trop de viandes, de céréales et de sucreries (famille des acides)
– et pas assez de légumes, de fruits et de crudités (famille des alcalins).

Ce n’est pas tout : notre mode de vie, sédentaire pour la plupart d’entre nous, donc peu physique et peu propice à l’évacuation du surplus d’acides, contribue à dérégler notre équilibre.

Sans parler du stress qui ne génère que des toxines acides…

CheveuxLes rejets. Ce sont tous les déchets dont le corps se débarrasse, après avoir filtré ce qui lui permet de conserver un pH neutre. Les acides sont évacués par les reins et les poumons (pour l’acide carbonique) mais aussi par la peau, via la sueur et le sébum.

En cas de surcharge, ces trois épurateurs naturels se fatiguent et ne parviennent plus à se débarrasser totalement du trop plein de toxines acides. Ces dernières encrassent les tissus conjonctifs, acidifiant le terrain, le rendant plus fragile, plus inflammatoire et l’obligeant à puiser dans ses minéraux alcalins pour rétablir, tant bien que mal, son équilibre acide-base.

À la longue, selon toute une école de nutritionnistes, l’organisme se déminéralise, l’état général s’affaiblit et la maladie peut s’installer (acidose).

Incidence sur le cuir chevelu et les cheveux. L’acidité du pH du cuir chevelu déclenche deux types de réactions qui s’ajoutent parfois l’une à l’autre.

1 – Pellicules et démangeaisons
Sur les cuirs chevelus secs par nature, les acides en excès blessent la peau et l’assèchent encore plus. Ils favorisent les desquamations irritantes et les démangeaisons. Sur les cuirs gras, le caractère corrosif du sébum, saturé de toxines acides, peut déclencher des états inflammatoires, voire des dermites sébborhéiques. Dans les deux cas, le cheveu devient terne, mou, sans ressort.

2 – Chute des cheveux
Sauf en cas d’acidose avérée et de déminéralisation de l’organisme, l’acidité du pH n’est pas un facteur déclencheur de la chute des cheveux mais c’est certainement un facteur aggravant.

Dans les chutes androgénétiques par exemple, une alimentation trop riche en acides, trop pauvre en minéraux, peut largement contribuer à l’atrophie des racines et à la perte progressive des cheveux. Surtout si le stress et le manque d’exercice physique viennent s’ajouter au mauvais équilibre du régime alimentaire.

Tous ces symptômes se repèrent facilement, lors d’un diagnostic approfondi des cheveux. Parallèlement au traitement anti chute, il faut alors réviser intelligemment son régime alimentaire.

Conseil de régime pour vos cheveux

Si votre régime alimentaire est trop acide, voici sept conseils d’Hélène Clauderer pour rétablir l’équilibre. Les résultats sur la qualité de vos cheveux ne tarderont pas à se faire sentir.

1 – Essayez de modérer votre consommation d’aliments acidifiants et d’élargir votre consommation d’aliments alcalinisants, en vous référant au tableau situé à la fin de ce dossier.

2 – Attention, modérer ne veut pas dire supprimer ! D’abord, parce qu’il n’est pas bon non plus pour l’organisme d’être trop alcalin. Ensuite, parce que vos cheveux ont besoin, pour se renouveler correctement, d’un apport quotidien en acides aminés soufrés et en fer, lesquels se trouvent particulièrement dans les produits carnés. AJR (*) protéines = 50 à 60 g, AJR fer = 18 mg pour la femme, 10 mg pour l’homme.

3 – Pour modérer votre consommation d’acides, faites plutôt une croix sur les sodas et les fast-foods, la charcuterie, la farine, les graisses durcies et les sucreries. Limitez au maximum le thé et le café.

4 – Évitez les protéines animales et les matières grasses au dîner, préférez-leur des légumes verts et les pommes de terre vapeur, elles sont fortement alcalinisantes.

5 – Pour les salades et les crudités, attention à l’assaisonnement : avec du vinaigre de vin et de l’huile de céréales, vous avez tout faux, avec du vinaigre de cidre et de l’huile d’olive, vous avez tout bon.

6 – Buvez beaucoup d’eau minérale, pas moins d’1,5 litre par jour, c’est un bon moyen d’éliminer vos toxines. Choisissez une eau avec un pH neutre (Évian, Contrexeville…) ou avec un pH alcalin (Vichy St-Yore).

7 – Faites de l’exercice physique, dehors de préférence. Cela favorisera la combustion de vos acides en excès :
. accélération du rythme respiratoire, évacuation de l’acide carbonique,
. stimulation de la diurèse (élimination par les urines),
. stimulation de la transpiration.

* AJR : Apport Journalier Recommandé

Faites votre diagnostic cheveux

 

Par Hélène Clauderer

 

 

 

Vous avez aimé cet article ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une Note ....

User Rating: 5 ( 1 votes)

A Voir aussi

La Zen attitude

  Apprendre à se nourrir sans suralimenter nos stress… Remplacer les fringales par les plaisirs …

Laisser un commentaire