Accueil - Famille - Bébé - Bébé et vous

Bébé et vous

Bébé et vousAu bout de quelques semaines , une certaine routine s’installe et peu à peu vous vous sentez moins fatiguée.

Vous connaissez mieux votre enfant et vous prenez confiance en vous. Vous n’hésitez plus pour le changer, lui donner son bain ou préparer son repas, tous ces soins commencent à devenir automatiques.

Au fil des semaines , plaisirs et frustrations s’accentuent. Plus il vous connaît, plus il veut que vous vous occupiez de lui.

Son sourire est une récompense qui supplante largement les difficultés que vous rencontrez.

Les premiers progrès

La rapidité à laquelle votre bébé se développe et prend des forces peut être déconcertante. Incapable de se mouvoir il y a peu de temps, il arrive maintenant à ramper pour se diriger vers le danger, ce qui vous impose une attention de tous les instants.

Changer ses couches n’est plus un problème technique, mais une véritable course de vitesse et d’obstacles : ses bras s’agitent en tout sens, ses jambes pédalent énergiquement et il adore sucer ses orteils.

Il est très amusant de l’observer lorsqu’il découvre ses premiers aliments solides. Il se concentre avec le sérieux d’un juge.

Il tète d’abord sa cuillère , fait une pause, la regarde et semble réfléchir. Quelquefois, il grimace, outragé, ou bien au contraire exprime son désir d’en manger encore.

Vous serez fâchée, parfois amusée , de le voir ouvrir la bouche, sourire et cracher tout ce qu’il vient d’avaler, ou bien vous souffler à la figure le contenu de la cuillère.

Les premiers jeux

Lorsqu’il contrôle mieux ses mouvements , votre bébé va s’intéresser aux jouets qu’il peut tenir dans la main, secouer et mordre.

Vers l’âge de 6 mois il commence à se tenir assis, calé par des coussins, mais le moindre mouvement le fait tomber. L’attention soutenue qu’il porte à un jouet cesse aussitôt que vous lui en donnez un autre.

Sa grande joie est d’être entouré , et il réclame votre présence. Vous aurez de longues « conversations » et, même si sa contribution s’arrête à des babillages, son désir de communiquer est évident.

Tous les jeux qui mettent en scène le chant , la conversation et le rire l’amusent.

Pendant ses instants d’excitation il aime sauter sur vos genoux, et se moments de calme sont consacrés à étudier votre visage en le fixant ou en le touchant. Vers la fin du 6° mois, vous vous rappellerez avec stupeur combien il était fragile et sans défense lorsqu’il est né.

 

A Voir aussi

Réussir un dîner gourmand

  « Tu aurais du sel ?… Ça t’ennuie si je le repasse un peu sur …