Accueil - Famille - Contre les violences conjugales

Contre les violences conjugales

 

En cette Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, le portrait-robot de la femme maltraitée en France est glaçant de banalité. C’est votre voisine, votre collègue, l’épouse d’un ami même, peut-être, qui a composé l’an dernier le 39.19, le numéro national d’écoute et d’orientation destiné aux femmes victimes de violences, en particulier de celles qui s’exercent dans le huis clos conjugal.

Appelez le 3919

Trop peu d’entre elles vont jusqu’à porter plainte

Alors que le gouvernement relance aujourd’hui une nouvelle campagne (spots télé, affichage) pour faire connaître ce numéro national et gratuit, un premier bilan de ce dispositif renforcé et élargi à grand renfort de communication en 2014 vient d’être publié.

Il confirme le glaçant succès de ce dispositif puisque les appels ont augmenté de 52 % en un an, pour atteindre le nombre de… plus de 70 000.

Les femmes osent de plus en plus composer le 39.19, et c’est peut-être la seule bonne nouvelle de la Journée. Ce n’est pas simple pour elles : 72 % de ces appels viennent en effet de la victime elle-même et la même exacte proportion vit encore avec son agresseur (même si les violences commises par des ex sont en augmentation, autour de 20 %).

Bien qu’il existe en France plus de 300 accueils de proximité pour accompagner les femmes et préparer la séparation du conjoint violent, la présence d’enfants complique très souvent la donne.

Les trois quarts des victimes sont mamans et 93 % des enfants sont d’ailleurs témoins des coups et des cris. Pis, 21,5 % d’entre eux en sont aussi victimes, parfois très précocement, puisque près de 3 % des femmes qui appellent sont enceintes.

La grossesse est même fréquemment identifiée comme le déclencheur des coups… Seules 40 % des appelantes ont déjà franchi la porte d’un commissariat et, parmi celles-ci, seulement une sur deux est allée jusqu’à porter plainte. Cela reste pourtant le moyen le plus efficace pour mettre un terme au cauchemar. 81 départements ont mis en place des protocoles simplifiés pour faciliter cette démarche. La seule, peut-être, qui puisse enrayer les terribles statistiques qui font qu’une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint en France.

Anonyme et gratuit

Il fonctionne 7 jours sur 7 même si ses moyens ne permettent pas à la Fédération nationale solidarité femmes, qui gère le dispositif, de répondre la nuit. Depuis le 1er janvier 2014, le 39.19 fonctionne du lundi au vendredi de 9 heures à 22 heures, et jusqu’à 18 heures les samedis, dimanches et jours fériés.

Anonyme, gratuit, accessible depuis un fixe ou un portable, ce numéro national garantit une écoute, une information, et une orientation adaptée vers les dispositifs locaux d’accompagnement et de prise en charge. Ce n’est pas un numéro d’urgence : il faut appeler le 17 (ou le 112, d’un portable) pour joindre la police ou la gendarmerie.

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une Note ...

User Rating: 4.35 ( 1 votes)

A Voir aussi

Petit dictionnaire bilingue

Bien que nous utilisions les mêmes mots, nous ne leur accordons pas le même sens. …

Laisser un commentaire