Accueil - Quotidien - Bureau - Créatrices d’entreprises

Créatrices d’entreprises

Créatrices d'entreprisesCréation d’entreprise, le troisième choix des femmes…

On sait combien les inégalités sont aujourd’hui encore importantes entre les deux sexes dans les entreprises : elles touchent au premier chef la qualification et la rémunération. Il est inutile de revenir longuement ici sur le fameux « plafond de verre » qui nous empêche d’atteindre les plus hautes responsabilités ni d’insister sur les difficultés pour nous, toutes catégories sociales confondues, de concilier épanouissement professionnel et maternité.

Dans ces conditions, les entretiens approfondis avec quelques femmes chefs d’entreprise qui ont lancé leur projet au cours de l’année 2000, ont fait apparaître une nouvelle espèce de créatrice.

Ce sont des mères qui ont autour de 35 ans et une solide expérience professionnelle. Cependant, elles savaient que leurs chances d’accéder aux postes de management auxquels elles aspiraient étaient faibles ou supposer de renoncer à être avec leurs enfant aussi souvent qu’elle le souhaitent.

Ces femmes ont donc choisi de créer leur entreprise dans le même secteur d’activité pour concilier « vie professionnelle » et « vie familiale ». Leur motivation tient à la fois du désir d’être indépendante mais aussi, fait nouveau, de l’aspiration à une meilleure « qualité de vie ».

Contrairement aux idées reçues, la création de micro-entreprises n’apparaît plus, au moins pour certaines femmes, comme un sacerdoce mais au contraire comme une libération par rapport aux contraintes temporelles en vigueur dans les entreprises. La création d’une entreprise offre une réelle flexibilité dans l’organisation du travail, surtout si l’entreprise est proche ou même intégrée au domicile.

Les quelques femmes dans cette situation avouent toutefois ne pas travailler moins ni passer beaucoup plus de temps avec leurs enfants mais « si l’un d’eux a besoin de moi, je peux me libérer sans sentiment de culpabilité et finir mon travail à un autre moment ». En outre, à quantité de travail égale leurs revenus augmentent de manière substantielle.

Ces expériences ne sont statistiquement représentatives. Néanmoins, si elles paraissent être atypiques, elles donnent à penser que la France verra peut bientôt apparaître des créatrices à la fois très diplômées et très qualifiées, que les entreprises n’ont pas su garder. De fait, l’organisation et la conception du travail dans les entreprises répondent encore imparfaitement aux besoins et aux attentes des mères.

C’est indéniable. On peut penser que ces nouvelles créatrices, dotées d’une solide expérience, auront moins d’inhibitions que leurs aînées pour investir de nouveaux secteurs, engager des moyens financiers plus conséquents et développer résolument leurs entreprises pour atteindre des performances égales à celles de leurs homologues masculins.

A l’inverse, il y a des créatrices qui n’ont ni les diplômes ni les qualification requises pour trouver leur place dans les sociétés auxquelles elles s’adressent. La création de leur entreprise, dans une perspective d’auto-emploi, est l’unique et efficace remède à l’exclusion, à la fois économique et sociale dans laquelle elles vivent. Pour elles aussi, c’est le troisième choix, permettant de concilier maternité et travail, mais aussi une seconde chance !

Les chiffres clés

° Pourcentage des femmes dans la population : 51%

° Pourcentage des femmes dans la population active : 46%

° Nombre de femmes actives de 25 à 49 ans : 80%

° Nombre de Français désirant créer une entreprise : 13 millions dont 50% de femmes

° Pourcentage de femmes parmi les créateurs d’entreprise : 30%

° Moyenne d’âge des femmes créatrices : 38,9 ans contre 38 pour les hommes

° Principales motivations des femmes pour la création d’entreprise

– goût d’entreprendre
– indépendance
– création de son propre emploi
– opportunité
– idée nouvelle
– exemples de réussite

° Pourcentage de créatrices titulaires au moins du baccalauréat : 48,9% contre 44,3% des hommes

° Les 6 activités phares de la création d’entreprise par des femmes

– services personnels
– santé et action sociale
– commerce de détail
– industrie de l’habillement
– hôtels-restaurants
– éducation.

 

 

A Voir aussi

Comment bien élever un chaton ou un chiot ?

  Pour un compagnonnage agréable, il convient d’instaurer un respect mutuel avec un minimum de …