Accueil - Tendances - Actus - David Bowie est mort

David Bowie est mort

Après la mort de David Bowie, des mystères demeurent

David Bowie avait réussi à tenir sa maladie quasiment secrète. Plusieurs secrets entourent sa mort

Deux jours après l’annonce du décès de David Bowie qui a déclenché une vague d’hommages, le lieu de sa mort ou de ses obsèques et le type de cancer qui l’a emporté demeurent mardi des mystères, chose étonnante dans le monde hyper-connecté d’aujourd’hui.

La nouvelle est tombée lundi au petit matin via un communiqué publié sur les réseaux sociaux et daté de dimanche : « David Bowie est mort paisiblement aujourd’hui entouré de sa famille à l’issue d’un courageux combat de 18 mois contre le cancer ».

Mort à Londres ou à New York ?

Le chanteur né dans le quartier de Brixton, dans le sud de Londres, habitait depuis plusieurs décennies à New York, ce qui a conduit plusieurs médias à en déduire qu’il était mort dans la mégapole. Le tabloïd new-yorkais The New York Post pensait quant à lui savoir qu’il était décédé « chez lui à Londres ».

Sans annonce officielle, l’endroit où le chanteur a expiré reste donc  un mystère, tout comme celui où il sera enterré, ou incinéré. Sa maison de disque Columbia Records n’a souhaité faire aucun commentaire.

Un cancer du foie ?

Selon le Belge Ivo van Hove, qui a mis en scène cette comédie musicale se jouant jusqu’au 20 janvier à New York, le chanteur souffrait d’un cancer du foie. Là encore, aucune confirmation officielle n’est venue valider ces informations.

« Les acteurs n’étaient pas au courant et je pense que les musiciens qui ont travaillé avec lui sur ‘Blackstar’ ne savaient pas non plus », a avancé le metteur en scène dans le quotidien néerlandais NRC Dutch. Évoquant la première à New York, Ivo Van Hove a confié que le chanteur « s’était évanoui » en coulisses. « J’ai réalisé que c’était peut-être la dernière fois que je le voyais ».

L’artiste était ainsi parvenu à tenir quasiment secrète sa maladie. Un véritable exploit selon l’hebdomadaire britannique The Spectator. « Dans cette période d’excès d’information, quand partager à outrance est devenu virtuellement obligatoire, la décision de Bowie de souffrir loin des feux de la rampe, entouré de ses proches, semble presque une réussite herculéenne », salue Brendan O’Neill dans une tribune.

Blackstar entre dans la légende

David Bowie est mortLa maladie de David Bowie est évoquée sans son ultime opus, sorte de requiem romantique, foncièrement moderne, innovant, mais aussi auréolé d’une dimension prophétique incontestable. Les derniers mots de sa chanson « Lazarus » sont ceux-ci : « Je serai libre, comme ce merle bleu. Je serai libre, n »est-ce pas tout moi ? ». L’ironie, qui fera sourire ses amis qui rappellent tous à quel point l’homme était brillant et plein d’humour, c’est que David Bowie savait que sa disparition allait appeler cette lecture de sa dernière oeuvre après sa mort. Une mort à laquelle il n’avait préparé que très peu de personnes.

Les yeux vairons, David Bowie ? Non, une « mydriase permanente »

À l’origine, David Bowie a bel et bien les deux yeux bleus. Le mystère de son regard réside en fait dans ce qu’on appelle une mydriase permanente due à un coup donné par son ami George Underwood, qui deviendra plus tard son graphiste. La petite histoire veut que la bagarre ait été provoquée par une fille que les deux amis convoitaient… La mydriase est le phénomène naturel par lequel la pupille se dilate dans l’obscurité. Plus il fait sombre, plus la pupille grossit de façon à pouvoir capter plus de lumière. Dans ce cas, les deux pupilles se dilatent ensemble. À l’inverse, quand la luminosité croît, le diamètre de la pupille diminue, c’est le myosis. Un phénomène réflexe qui est notamment mesuré en médecine pour évaluer la souffrance cérébrale d’une personne. Mouvement réflexe face à la lumière, le myosis est permis par la contraction des muscles annulaires et ciliaires qui contrôlent la forme du cristallin lors d’une accommodation à la luminosité.

Or, lors du coup asséné par George Underwood à David Bowie, ce sont ces muscles qui ont été endommagés du côté gauche. Autrement dit, le rocker a ce jour-là perdu la capacité pour son œil gauche à s’adapter à la luminosité ambiante. Depuis lors, sa pupille est toujours restée dilatée. Cela a modifié la couleur de ce qu’il restait à voir de son iris gauche : il paraissait marron, une couleur due au déficit de lumière reçue par l’iris.

 

NDLR : RIP Mister David, on t’aimait, on t’aime et on t’aimera …

ET VOUS ? Partagez votre ressenti dans la partie Commentaires ci-dessous…

 

 

 

A Voir aussi

Faites vos emballages cadeaux

  Pour Noël, voici quelques astuces pratiques pour réaliser de jolis emballages cadeaux avec ce …

Laisser un commentaire