Accueil - Famille - Enfants - L’harmonie en famille

L’harmonie en famille

 

Ou comment éviter les colères et conflits…

Les jeunes retardent de plus en plus leur départ tant il semble aujourd’hui qu’il est devenu difficile de grandir…

Les chiffres publiés par le Conseil Economique et Social confirment une tendance amorcée depuis une dizaine d’années : les jeunes vivent de plus en plus tard chez papa et maman. Ils sont plus d’un sur deux, entre 18 et 25 ans, à ne pas avoir pris leur envol, le plus souvent pour des raisons économiques, l’allongement des études, la difficulté à trouver un emploi stable…

Mais la peur d’affronter le monde des adultes, et de devenir adultes, les incite aussi à demeurer sous le toit parental. Ils préfèrent la chaleur rassurante du cocon familial, au désespoir de certains parents qui pensaient avoir mené leurs enfants sur le chemin de l’autonomie.

L’autonomie des enfants et des adolescents est devenue un tel enjeu que l’on a peut être oublié de leur laisser le temps de mûrir, pour arriver tout naturellement au passage à l’âge adulte.

Partager son territoire et concilier ses différences n’est pas chose facile, surtout entre parents et enfants. Et l’on aurait tort de croire que l’amour peut à lui seul venir à bout de toutes les difficultés de communication et de gestion de l’espace.

Les recettes pour vivre harmonieusement en famille sont tout aussi aléatoires que celle censée faire venir la fortune. Pourtant, entre modes d’emploi de base et analyses plus sophistiquées, il existe quelques repères clés à ne jamais perdre de vue.

En adoptant certaines attitudes, nous pouvons éviter les dérapages et les conflits interminables. La première : savoir poser des limites et dire non. La seconde : parler pour exprimer clairement les reproches et la colère aussi bien que l’amour et la joie que l’on a à être ensemble.

Parce que la vie en famille prépare à la vie en société, les enjeux de la cohabitation sont capitaux, petit guide pour une cohabitation sereine…

L’harmonie en famille

LES REPAS

Comment tenir compte des goûts de chacun sans se transformer en cafétéria, libre service à toute heure ?

En prenant ses repas en famille, on ne fait pas que se nourrir : on partage, on échange. Mais il vaut mieux ne pas rendre ces moments obligatoires s’ils sont vécus comme contraignants. Interrogez-vous sur ce qui peut bloquer la communication au sein de la famille.

Il est important aussi de ne pas rester prisonnier de règles trop rigides. Les repas qui réunissent la famille peuvent être des rendez-vous ponctuels, ils n’en seront que plus appréciés. En revanche, la formule self-service pour tous est plutôt préjudiciable car ces casses-croûte individuels ne favorisent pas les échanges.

LES TACHES MÉNAGÈRES

Qui fait quoi ?

Si les enfants ont l’habitude de vous voir partager les tâches domestiques, ils mettront la main à la pâte sans problème. L’exemplarité est importante dans la mesure où elle démontre que, dans la société, chacun doit apporter sa pierre à l’édifice.

En ce qui concerne les espaces privés et communautaires, notamment sa chambre, les choses sont différentes. Il s’agit de son espace privé : laissez-le le gérer comment il l’entend. Pas question d’y faire des incursions en son absence, cela relèverait de la violation de domicile privé.

La question de la lessive est importante : les jeunes filles manifestent souvent le désir de s’occuper de leurs sous-vêtements, il est important de respecter leur pudeur. Après tout, rien n’empêche les adolescents d’apprendre à se servir de la machine à laver.

LA TÉLÉVISION

En faut-il 2 : une pour les parents, une pour les enfants ? Qui décide des programmes ? Et pendant les repas ?

Évitez dans la mesure du possible la télévision dans la chambre des enfants, ainsi que dans la vôtre d’ailleurs. L’enfant est naturellement porté à rechercher des programmes de divertissement : livré à son seul choix, il ne sortira pas de son inclination pour la facilité. Choisis par les parents, les programmes permettent d’accéder à d’autres informations donnant lieu à des conversations, exerçant l’esprit critique.

Il ne faut pas tomber non plus dans l’excès inverse, avec un père de famille qui manie la télécommande comme un jugement sans appel. On peut discuter ensemble du choix d’une émission, de la possibilité d’enregistrer un film… Il ne faut pas diaboliser la télévision, elle n’est qu’un instrument ! Mais il faut rester vigilant car elle peut freiner la communication en famille. C’est pourquoi ne l’allumez pas pendant les repas, sinon cela ne sert à rien de se retrouver réunis si on ne peut pas dialoguer.

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une Note ...

User Rating: 3.7 ( 1 votes)

A Voir aussi

Les Français rêvent de sécurité

  A quoi occupez-vous vos nuits ? A dormir oui, mais aussi à rêver d’une …

Laisser un commentaire