Accueil - Quotidien - Psycho - Hasard ou signes du destin ?

Hasard ou signes du destin ?

 

Deuxième étape: Écouter son intuition

Au cours des années 20, alors que Carl Gustav Jung commence à explorer les couches les plus profondes de notre inconscient, il observe, lui aussi, quantité d’événements étranges. Mais quelle est donc leur utilité ?

Il obtient un début de réponse lorsqu’une patiente lui raconte un rêve dans lequel elle a vu un scarabée d’or. Dans l’Égypte ancienne, c’est un symbole de renaissance, Jung le sait et il se demande si cette femme n’est pas sur le point d’opérer un début de transformation intérieure.

Hasard, coïncidences ou signes du destin ?Tout à coup, il entend un tapotement à la fenêtre. Il l’ouvre et un beau scarabée vert doré entre en voletant. Il le saisit et le montre à sa patiente. Pour elle, c’est un choc: le symbole dont elle venait de parler s’est présenté de lui-même.

Passionné par ces signes impromptus, Jung les regroupe sous le nom de ‘synchronicité’, un mot qu’il forge pour désigner des événements reliés par une signification, et non par une relation de cause à effet. Pour lui, il y aurait dont, entre psyché et matière, une relation très étroite.

Pour appliquer cette conception au quotidien, il faut commencer par se dégager du carcan de notre éducation rationaliste. Ces phénomènes ne sont pas simplement des curiosités bousculant notre conception de l’espace-temps. Ils peuvent aussi nous apporter des bénéfices considérables, personnels et professionnels.

L’une des techniques les plus efficaces au cours de cette étape est le développement de l’intuition.

Troisième étape: Cerner ses besoins

Il s’agit là de la ‘serendipité’, mot inventé par l’écrivain Horace Walpole dans un conte intitulé ‘Les trois Princes de Serendip’.

Un mot qui désigne la chance d’un hasard heureux qui se produit au bon moment, et la capacité de rencontrer des choses essentielles ‘comme par miracle’. Un concept plus actif que celui de la synchronicité car il requiert d’être capable de discerner ses besoins essentiels – ceux qui permettent de progresser dans la vie – des simples désirs ou des satisfactions plus éphémères.

Cette étape va bien plus loin que le développement personnel car, du travail ‘sur soi’ on entre alors dans le travail ‘du soi’.

En effet, selon les psychologues du transpersonnel, pour découvrir nos véritables besoins, il est indispensable d’entrer en contact avec notre ‘soi supérieur’, l’essence de notre être, notre âme, et de lui poser une question fondamentale : quel est le sens de ma vie ?

La méditation, par exemple, devient alors un outil nécessaire pour permettre au soi de répondre. Comme il est en contact permanent avec l’univers, c’est lui qui provoque les ‘miracles’ de la synchronicité.

Les phénomènes de synchronicité ne sont pas réservés à une élite, à quelques initiés amateurs d’étrange et d’insolite. Leur apparition dépend de notre disponibilité intérieure et de la façon dont nous appréhendons le monde : est-ce un territoire fermé, limité, dénué de sens ? Ou, au contraire, un vaste champ d’expériences et d’interactions possibles ? A chacun de faire son choix.

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une Note ...

User Rating: 5 ( 1 votes)

A Voir aussi

Toutes les cures

  Mettre au monde un enfant est un moment bouleversant tant au niveau psychologique que …

Laisser un commentaire