Accueil - Famille - Enfants - Il déteste l’école

Il déteste l’école

 

Ce qu’il faut faire s’il déteste l’école…

L’enfant qui rejette l’école ne commence pas avec les meilleurs atouts ! Voici les actions à entreprendre pour retourner la situation quand il commence à traîner des pieds le matin.

Le jour où votre enfant vous annonce qu’il déteste l’école tombe souvent de façon abrupte. Et attention, même les bons élèves peuvent être concernés…

Dans le primaire, chaque passage dans la classe supérieure rapproche progressivement l’enfant de l’enseignement plus académique (et moins « familial ») qu’il reçoit à partir du secondaire. Une transition que certains ont du mal à vivre.

1. La cause du problème
L’enfant sera bien incapable de vous expliquer rationnellement pourquoi il a soudain décidé qu’il n’aimait plus aller en classe. Il traverse une période de frustration et votre objectif doit être de comprendre son origine. Vous serez sans doute amené à aborder plusieurs fois le sujet avec lui. Et il ne va pas tout révéler au premier coup. Les origines sont parfois surprenantes : il grandit, son besoin calorique augmente et, désormais, il a une petite crise d’hypoglycémie vers 11h30. Résultat, sa concentration vacille et il s’ennuie. Ou alors il a l’impression de n’avoir aucun camarade, il a besoin d’aide pour faire ses devoirs, etc.

Il déteste l'école2. La concertation
S’il n’éprouve aucune joie d’aller à l’école, ne cherchez pas à le culpabiliser en lui expliquant qu’il doit bien travailler pour réussir. Entre 5 et 10 ans, il n’a pas encore de vision. Soyez honnête, essayez de comprendre son problème et ne réfutez pas tout ce qu’il raconte. Expliquez-lui le plaisir d’apprendre des choses nouvelles plutôt que la nécessité d’avoir de bonnes notes. Avec un minimum de délicatesse et de dialectique, vous lui ferez comprendre que l’école est son espace de liberté par rapport à la famille car il y rencontre ses copains. Si la situation l’impose, vous pouvez aussi lui rappeler le caractère obligatoire de l’école, en expliquant que tout le monde y passe.

3. Déficit d’attention
Dans sa forme la plus sérieuse, le rejet de l’école est lié à un problème psychologique inhérent à la personnalité de l’enfant. Il peut être hyperactif et subir des déficits d’attention. Il va donc éviter à tout prix les activités qui exigent un effort mental soutenu. Il a du mal à se concentrer sur les détails, il est facilement distrait et il n’entend pas bien ce qu’on lui dit. Un suivi psychologique s’impose car c’est le bon déroulement de sa scolarité qui est en jeu. Pour vérifier sa capacité de concentration (au moins pendant 35 minutes), dès l’âge de huit ans, vous pouvez faire passer à votre enfant un test de QI en ligne afin d’évaluer son niveau de développement intellectuel.

4. Rencontrer les profs
Parfois, c’est aussi un maître ou une maîtresse qui est à l’origine du rejet. Si le contact ne passe pas entre un enseignant et un élève, la rupture est vite consommée du côté de l’enfant. Il ne faut pas céder aux caprices d’un petit mais il faut essayer de comprendre les raisons pour lesquelles l’enfant n’aime pas son prof. Tenez-vous en exclusivement aux faits. Puis rencontrez l’enseignant quand vous le jugez nécessaire. Questionnez-le sans chercher à l’accuser car souvent, les profs ne sont même pas au courant qu’il y a un problème avec l’enfant en question. Ils n’en ont jamais parlé ensemble…

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une note ...

User Rating: 4.3 ( 1 votes)

A Voir aussi

Les Français rêvent de sécurité

  A quoi occupez-vous vos nuits ? A dormir oui, mais aussi à rêver d’une …

Laisser un commentaire