Accueil - Couple - Il est temps de se quitter quand…

Il est temps de se quitter quand…

 

TÉMOIGNAGES 

Valérie, 25 ans – « Je ne me laisserai plus manipuler par les hommes que j’aime ».
« Michel avait des idées très précises sur la façon dont je devais m’habiller et ne cessait de me répéter que je ne savais pas me mettre en valeur. Selon lui, j’étais jolie quand je portais des mini-jupes, parce que j’ai des jambes pas mal, et des wonderbra, parce que j’ai des petits seins. En fait, ça le flattait qu’on me remarque, et c’était le regard des autres qui me rendait désirable à ses yeux. Avant Michel, j’avais passé deux ans avec Eric, qui était tout l’opposé. Extrêmement jaloux, il faisait la gueule dès que je portais des jupes au-dessus du genou. Et quand j’allais chez le coiffeur, c’était la scène : il ne comprenait pas que je coupe mes cheveux longs, même si j’avais des fourches ! Il a fallu que Michel me quitte pour une autre pour que je réalise à quel point je m’étais toujours laissé manipuler par les hommes que j’aime. Et à quel point je manquais de confiance en mon propre jugement. Désormais, c’est terminé. Je m’habille comme je veux, j’ai trouvé toute seule mon look et je ne rends plus de comptes à personne. Et le premier qui me demande de me laisser pousser les cheveux, je le plaque ! »

Aurélie, 26 ans – « Après l’amour fou, l’amour faux, j’ai découvert l’amour, le vrai »
« Avec Marc, j’ai vécu deux ans, ce que je croyais être une vraie passion. Tout y était :  le sexe, la folie, les disputes, les réconciliations, les cris, la violence, les larmes… Quand il m’a quitté j’ai cru mourir ! Je n’arrivais pas à imaginer une histoire avec un autre. Et puis je suis tombée sur Patrice complètement par hasard. C’est lui a fait le forcing pour qu’on sorte ensemble. Moi, je n’avais plus envie de rien. Et il s’est installé dans ma vie, à force de patience, de tendresse, de gentillesse, d’attentions. Je me suis rendu compte à la longue que j’étais profondément amoureuse de lui. Mon histoire avec Marc, c’était du n’importe quoi : du vent, un ballon de baudruche… On ne saurait jamais allés nulle part parce qu’on jouait avec les signes de la passion, mais qu’on ne s’aimait pas. Aujourd’hui, l’amour, le vrai, je sais ce que c’est. C’est doux, chaud et calme, et c’est génial ! »


Béatrice
– « Je n’étais pas frigide, seulement un peu inhibée ! »
Entre 16 et 19 ans, j’ai eu deux ou trois expériences sexuelles qui ne valaient même pas la peine qu’on en parle. Et puis j’ai rencontré Jean, avec qui je suis restée 5 ans. Pour moi, ça ne se passait pas très bien au lit, mais je croyais que c’était de ma faute, parce que je manquais d’expérience, que j’étais trop inhibée, etc. Quand il m’a plaquée, j’ai presque trouvé ça normal. J’étais tellement culpabilisée, qu’il me semblait légitime  qu’il arrête de perdre son temps avec moi. Pendant des mois, je ne suis sortie avec personne, je n’en avais même pas envie. Avec Richard, tout a changé. Il m’a redonné confiance en moi et j’ai réalisé que si ça ne marchait pas avec Jean, ce n’était pas de ma faute, mais de la sienne. Sexuellement, on était pas du tout sur la même longueur d’onde, mais au lieu d’en parler et d’y travailler, il m’accusait d’être frigide. Ce que j’avais fini par croire… Même si ça doit s’arrêter avec Richard, maintenant, je connais les ressorts de ma sexualité : les galipettes, j’adore ça et on ne me fera plus gober le contraire » ».

Il est temps de se quitter quand...Brigitte, 22 ans – « J’ai enfin réussi à vivre seule »
« Quand il m’a plaqué, j’ai cru que le monde s’écroulait. On était ensemble depuis 3 ans et je n’imaginais pas ma vie sans lui. En plus, je me suis retrouvée à la rue du jour au lendemain : c’est lui qui louait l’appartement. Deux amies m’ont proposé d’habiter chez elles, et j’y suis allée sans enthousiasme parce que je n’avais pas le choix. Et je n’ai jamais autant rigolé de ma vie ! On n’arrêtait pas de sortir, de voir du monde, alors qu’avec lui je ne voyais jamais personne. Mes copines avaient toujours un truc drôle à me raconter et on papotait pendant des heures, ce qui ne m’arrivait pas avec lui. Petit à petit, j’ai repris confiance en moi et j’ai décidé de louer un appart. Je n’avais jamais vécu seule et ça me paraissait un obstacle infranchissable. Ce fut le contraire. J’ai adoré penser à la déco, faire les brocantes et aménager un lieu qui me ressemble. S’il ne m’avait pas plaquée, je n’aurais jamais eu le courage de faire tout ça, et je n’aurais jamais su ce dont j’étais capable. Aujourd’hui, j’ai l’impression que tout est possible. »

Marie, 34 ans – « Je me suis fait de vrais amis »
« Quand Antoine m’a quittée, tous nos amis se sont détournés de moi pour continuer à le voir lui. On était ensemble depuis dix ans. Ca faisait des lustres que je ne voyais plus mes copines. Certaines d’entre elles, parce qu’elles ne lui plaisaient pas et d’autres, parce que j’avais peur qu’elles lui plaisent trop…Résultat : toute notre vie sociale se limitait à ses amis à lui et à quelques couples. J’ai dû tout reconstruire toute seule, et maintenant que le temps a passé, je ne le regrette pas. Les gens que j’ai rencontrés et qui sont devenus mes amis, c’est moi qui les ai choisis, ou eux qui m’ont choisie, et nous avons une relation sincère, fondée sur de vrais point communs. Je les intéresse à cause de ce que je suis et pas parce que je suis la fiancée d’Antoine, ou d’un autre. Le jour où j’aurai une autre histoire, et qu’elle qu’en soit l’issue, je sais que je pourrais toujours compter sur eux. »

Stéphanie, 41 ans – « Je me suis mise à travailler et je sais maintenant ce dont je suis capable »
« C’était un graphiste de talent, doté d’une énorme personnalité, tellement énorme d’ailleurs, que tout tournait autour de lui et de son boulot. Ca ne me dérangeait pas du tout : je l’aimais, j’étais sincèrement contente de ses succès et, entre le bébé et lui, ça faisait longtemps que j’avais mis un bémol sur mes ambitions professionnelles. Je pensais que ma carrière n’avait pas d’importance. Quand il est parti, j’ai tout perdu. Et j’ai bien été obligée de me démener pour gagner ma croûte. Je croyais que retourner travailler serait un cauchemar, et c’est l’inverse qui s’est produit. Ça a pris du temps, mais j’ai réussi professionnellement des choses que je n’avais même pas imaginées. Je me suis mise à exister socialement, ce qui n’était pas le cas et j’y prends un plaisir que je ne soupçonnais pas. Si je rencontre quelqu’un d’autre, je ne l’oublierais plus pour lui. Je crois aujourd’hui que, pour qu’un couple marche, il faut que chacun cultive son équilibre personnel. Sinon, c’est fichu d’avance. »

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Notez-le ...

User Rating: 4.5 ( 1 votes)

A Voir aussi

Halloween

  Quelque chose se cache derrière Halloween. Là, dans l’ombre des temps celtiques oubliés, se …

Laisser un commentaire