Accueil - Quotidien - Argent - La déclaration d’impôts

La déclaration d’impôts

Feuille d'impotsCSG, RDS… c’est quoi exactement ?

Les revenus professionnels ainsi que les revenus du patrimoine, sont assujettis à la CSG et/ou à la CRDS. Ces deux contributions ont le caractère de prélèvements fiscaux. Elles sont perçues au profit de la Sécurité Sociale. Le taux de la CSG s’élève à 7,5%, dont 5,1% déductible du revenu imposable. Celui de la CRDS est de 0,5%, non déductible de l’impôt sur le revenu.

Pour les revenus professionnels
Elles sont recouvrées par l’URSSAF. Soit par précompte dans le cas des salaires et des revenus de remplacement, soit par appel de cotisations pour les revenus professionnels non salariés.

Pour les revenus du patrimoine
Vous recevez un rôle propre à la CSG et à la CRDS. Les montants dus sont calculés à partir de la déclaration d’ensemble N° 2042 établie par le contribuable.

Pour les produits de placement
Ceux pour lesquels vous avez choisi le prélèvement forfaitaire libératoire ainsi que pour les revenus de l’épargne, la CSG et la CRDS sont précomptés par l’établissement payeur.

Rappel
A ces deux contributions s’ajoute le prélèvement social de 2%, qui est prélevé en même temps et selon les mêmes modalités.

Les frais réels ?

L’option pour les frais réels doit être retenue chaque fois que le montant des frais professionnels excède la déduction forfaitaire de 10% ou son plafond. Cette option peut intéresser les salaires importants, pénalisés par le plafonnement, et qui peuvent justifier de frais professionnels supérieurs à ce plafond. Elle peut également intéresser les salaires moins importants, pour lesquels le montant des frais professionnels est facilement supérieur à l’abattement de 10%.

Quels frais ?
Le principal poste de frais concerne les frais de déplacements entre le domicile et le lieu de travail, valorisés selon le barème kilométrique de l’administration fiscale.

Outre ce poste, il est possible d’incorporer notamment le surcoût des repas pris à l’extérieur de son domicile, les dépenses de formation, de documentation, de changement de résidence, ainsi que les cotisations aux syndicats professionnels.

Mais attention, si vous optez pour les frais réels vous devez réintégrer dans votre revenu imposable la totalité des remboursements de frais et des allocations versés par votre employeur. Vous devez aussi pouvoir justifier la réalité des frais engagés.

Enfin, l’exercice de cette option peut éveiller la curiosité de l’administration et susciter un contrôle fiscal. Le fisc peut refuser ce choix s’il a été motivé par des convenances personnelles. Par exemple, des kilomètres supplémentaires générés par un déménagement volontaire.

 

A Voir aussi

L’orgasme féminin

  A la suite d’une stimulation (stimulation génitale ou extra-génitale, sensations érotiques intenses), le cerveau …

Laisser un commentaire