Accueil - Beauté - La science des cosmétiques

La science des cosmétiques

 

Les produits anti peaux grasses

Une sécrétion sébacée excessive caractérise les peaux grasses. Leur aspect parfois peu esthététique peut être corrigé par l’emploi de principes actifs appropriés.

Les dérivés soufrés. Ils sont introduits dans les crèmes et les lotions soit sous forme de soufre colloidal, soit sous forme organique.

La cystine liposoluble permet de rétablir le pH physiologique, de favoriser la pénétration de la cystine et d’exercer une activité antiseptique vis-à-vis du propionibacterium acnes, un des agents responsables de l’acné, ou encore sous forme d’extraits végétaux riches en soufre comme l’ortie blanche.

Les huiles essentielles antiseptiques (sauge, romarin, lavande) permettent de limiter la prolifération microbienne, car les peaux grasses constituent un milieu de culture privilégié.

Enfin, les substances capables d’absorber un excès de sébum comme le kaolin, le talc, l’oxyde de titane contribuent à matifier les peaux luisantes.

La science des cosmétiquesLes produits amincissants

Ils sont introduits dans les crèmes de massage, car l’action de ces principes actifs doit toujours être associée à l’effet mécanique des massages qui assouplissent le tissu conjonctif et activent la circulation sanguine et lymphatique.

Les extraits de lierre et d’algues font partie des plus employés. L’extrait aqueux du fucus vesiculosus, riche en iode, active la résorption des bourrelets adipeux.

Ils sont souvent associés aux extraits de prêle riche en silicium organique qui auraient une activité raffermissante par stimulation des fibroplastes du tissu conjonctif.

Des substances adjuvantes comme les extraits de centella asiatica, cola, arnica, marron d’inde, peuvent favoriser l’efficacité de ces produits.

Les produits solaires

Les mises en garde incessantes contre les méfaits du soleil ont entraîné depuis quelques années l’apparition de gamme de plus en plus spécifiques et efficaces de produits antisolaires.

Les photoprotecteurs sont des molécules pour la plupart d’origine synthétique qui ont pour effet de protéger la peau en empêchant le rayonnement ultraviolet d’arriver jusqu’à elle et d’exercer ses effets indésirables.

Les photoproctecteurs sont :

– Des molécules filtrantes capables d’absorber selon la structure de leur molécule une fraction plus ou moins large du spectre solaire.

La plupart absorbent les ultraviolets B responsables des « coup de soleil ». Certains absorbent une frange plus large s’étendant jusque dans l’ultraviolet A responsable de l’atteinte dermique entraînant le vieillissement précoce de la peau.

Ce sont notamment des dérivés des benzophénones :

– Des poudres blanches inertes finement divisées telles que l’oxyde de zinc et surtout le dioxyde de titane ou des complexes constitués par l’association mica/dioxyde de titane et qui possèdent un fort pouvoir réfléchissant vis-à-vis de la lumière.

Elles sont appelées « écran » et sont associées aux filtres, elles renforcent la photoprotection dans les produits à coefficient de protection élevé. Ces photoprotecteurs sont introduits en quantité variable selon le degré de protection recherché. Pour exercer correctement leur activité, elles ne doivent pas traverser la barrière cutanée, mais au contraire se fixer dans les couches superficielles de l’épiderme en formant un film continu.

Les substances photoactives agissent en stimulant la mélanogénèse. Les plus anciennement connues sont les psoralènes. Ils induisent des réactions phototoxiques.

On les rencontre dans diverses espèces végétales, en particulier dans le céleri, le persil, l’angélique, la figue, le citron, le pamplemousse, la bergamote.

Les anciens Égyptiens utilisaient déjà les extraits d’herbe folle « amni majus » pour favoriser la repigmentation du vitiligo, affection dermatologique se manifestant par l’apparition sur le corps ou le visage de taches blanches totalement dépigmentées.

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Notez-le...

User Rating: 4.8 ( 2 votes)

A Voir aussi

Le millepertuis

  Qui dit millepertuis pense d’abord à ses fleurs jaune vif à la générosité exemplaire …