Accueil - Famille - Enfants - L’adoption

L’adoption

 

Adopter un enfant est une décision qui engagera toute votre vie, celle de vos proches, de votre famille et surtout celle de l’enfant adopté.

Le parcours administratif du combattant ne doit donc pas vous faire oublier la nécessité de réfléchir à votre projet et à cerner vos motivations avec précision. C’est le bonheur de l’enfant qui en dépend.

Si vous souhaitez adopter, il est bon de connaître quels sont les critères demandés aux futurs parents, et quelles formalités remplir. Mais il ne faut pas oublier, même si la réalité juridique est rigide, qu’adopter un enfant, c’est avant tout une grande histoire d’amour !

L'adoption

Qui peut adopter ?

Depuis la loi du 11 juillet 1966, l’adoption n’est plus réserver seulement aux couples. Vous pouvez adopter même si vous êtes célibataire, veuf(ve), divorcé(e). Un concubin peut adopter individuellement, mais dans ce cas-là, l’adopté ne devient pas l’enfant du couple. Seul celui qui adopte a des devoirs et droits à l’égard de l’adopté, et réciproquement. Attention, le concubin non adoptant sera juridiquement exclu de cette relation, ce qui peut poser des difficultés en cas de décès. Le mariage doit avoir duré au moins 2 ans.

Pour adopter, il faut être âgé au minimum de 28 ans ou être marié depuis deux ans et avoir au moins quinze ans de plus que l’enfant à adopter.

Pour l’adoption “individuelle”, si vous êtes marié et non séparé de corps, le consentement de votre conjoint est obligatoire. L’adoption par une personne seule n’est soumise en principe qu’à une seule condition : vous devez avoir au moins 28 ans. Les adoptions individuelles représentent environ 4 % des adoptions prononcées.

L’adoption en solo est légalement possible même si elle reste très marginale (4% des adoptions prononcées).

C’est également par le biais de l’adoption individuelle que les couples homosexuels peuvent demander une adoption, au nom d’un seul des membres du couple.

Pour les célibataires, adopter n’est pas chose facile. La loi de 1996 sur l’adoption met en avant les intérêts de l’enfant et être en couple, marié et hétérosexuel, pour adopter est encore considéré comme faisant partie des intérêts de l’enfant.

Prendre la décision

Pour la majorité des couples, c’est la stérilité qui détermine la démarche d’adoption, souvent après un marathon médical décourageant. Dans ce cas, il est capital de faire le deuil de l’enfant biologique : l’enfant adopté ne remplacera jamais l’enfant que vous n’avez pas pu concevoir.

Autre motivation : la volonté d’aider les enfants en détresse, qui conduit parfois à adopter plutôt qu’à concevoir. Là encore, attention : on adopte un enfant pour le rendre heureux et non pour faire une BA ou se faire plaisir !!

Quelles que soient vos motivations, essayez de rencontrer des familles adoptives, qui vous parleront de leur expérience, et faites-vous aider par les intermédiaires de l’Aide sociale à l’enfance (A.S.E.) chargés de délivrer l’agrément.

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Notez-le ...

User Rating: 4.5 ( 1 votes)

A Voir aussi

Réussir ses réceptions

  Des invités bien choisis, une table bien dressée, un menu bien composé, des plats …

Laisser un commentaire