Accueil - Beauté - Le cancer du sein

Le cancer du sein

 

Premier cancer de la femme, il est de plus en plus fréquent : une femme sur 11 est atteinte.

Ce fameux cancer du sein marque notre imaginaire parce qu’il touche également les femmes jeunes.

A 35 ans, c’est la première cause de décès chez la femme. Si le cancer du sein n’est pas aussi meurtrier qu’on l’imagine, il ne faut pas le négliger pour autant. Entre 35 et 50 ans, les femmes meurent plus du cancer du sein que de toute autre maladie.

Lorsqu’il se déclare à la ménopause, il est souvent plus agressif que lorsqu’il survient plus tard dans la vie. Normalement, si la tumeur est petite, le risque de mortalité est faible. Cette équation ne tient plus quand le cancer du sein frappe une femme après 50 ans.

Chaque année en France, un cancer du sein est découvert chez 30 000 femmes, mais on ne sait toujours pas pourquoi ce type de cancer est de plus en plus fréquent, même si mode de vie et alimentation sont mis en cause…

Plus il est pris tôt plus les chances de guérison sont grandes Lorsque il est découvert à son début, nous avons plus de 90 % de chances de guérison, ce qui est loin d’être le cas si la découverte est tardive.

Le dépistage précoce existe, par un examen au moins annuel par son médecin qui, éventuellement, prescrira une mammographie. Idéalement, nous devrions consulter à partir de 40 ans, et plus tôt dans les familles où le cancer du sein a déjà frappé.

Pour lutter contre le cancer, la médecine utilise des armes très efficaces, mais très lourdes : la chimiothérapie, la radiothérapie et la chirurgie.

Les médicaments utilisés en chimiothérapie, appelés cytotoxiques, tuent indistinctement les cellules qui se multiplient rapidement, c’est-à-dire qu’elles ne s’attaquent pas seulement aux cellules cancéreuses. De plus, la chimiothérapie est souvent mal tolérée et provoque des vomissements, c’est pourquoi le traitement inclut des antivomitifs.

La radiothérapie n’est pas plus agréable : le rayonnement est difficile à cibler et abime tout ce qu’il rencontre, ou presque, sur son passage, ce qui génère souvent des brûlures de la peau ou des organes au niveau de la zone irradiée.

La chirurgie implique d’autres types de problèmes car il n’est pas rare que la femme soit amputée du sein malade, ce qui peut être extrêmement traumatisant. Toutefois, elle peut bénéficier d’une chirurgie reconstructrice, qui lui permettra de retrouver son buste d’avant l’opération.

Le cancer du sein

Comment le reconnaître ?

Exceptionnel chez l’homme, le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme, avec 25 000 nouveaux cas chaque année en France. Environ une femme sur dix aura un cancer du sein à un moment de sa vie.

Certains facteurs de risque ont pu être identifiés (une femme qui présente ces facteurs aura plus de risque qu’une autre de développer un cancer du sein).

D’abord, plus on avance en âge, plus le risque est élevé : deux tiers de ces cancers surviennent effectivement après 50 ans.

L’histoire familiale ensuite : un cancer du sein d’une parente du premier degré, mère ou sœur, multiplie le risque par quinze. Les cancers héréditaires sont rares : seulement 5 % des femmes souffrant d’un cancer du sein sont porteuses d’une prédisposition génétique qu’elles transmettent à leurs filles.

L’histoire personnelle est un autre de ces facteurs déclenchant : le risque de survenue d’un second cancer du sein est 4 à 5 fois plus élevé que la moyenne.

L’imprégnation hormonale joue aussi. Schématiquement, plus elle est forte et prolongée, plus le risque est élevé. Autrement dit l’absence de grossesse, une puberté précoce ou une ménopause tardive sont des circonstances favorisantes de cancer du sein.

Signalons encore : le mode de vie occidental, une alimentation riche en graisses animales et faible en fibres, fruits et légumes, l’obésité augmente les taux d’œstrogène et donc le risque de cancer du sein.

A l’inverse, certains facteurs limitant le risque de cancer du sein sont parfois avancés comme une vie active, l’allaitement maternel ou un régime équilibré.

L’histoire familiale ensuite : un cancer du sein d’une parente du premier degré, mère ou sœur, multiplie le risque par quinze. Les cancers héréditaires sont rares : seulement 5 % des femmes souffrant d’un cancer du sein sont porteuses d’une prédisposition génétique qu’elles transmettent à leurs filles.

L’histoire personnelle est un autre de ces facteurs déclenchant : le risque de survenue d’un second cancer du sein est 4 à 5 fois plus élevé que la moyenne.

L’imprégnation hormonale joue aussi. Schématiquement, plus elle est forte et prolongée, plus le risque est élevé. Autrement dit l’absence de grossesse, une puberté précoce ou une ménopause tardive sont des circonstances favorisantes de cancer du sein.

Signalons encore : le mode de vie occidental, une alimentation riche en graisses animales et faible en fibres, fruits et légumes, l’obésité augmente les taux d’œstrogène et donc le risque de cancer du sein.

A l’inverse, certains facteurs limitant le risque de cancer du sein sont parfois avancés comme une vie active, l’allaitement maternel ou un régime équilibré.

La détection par examen médical systématique

Si vous avez un ou plusieurs facteurs de risque, pensez à l’éventualité d’un cancer et soumettez-vous aux examens de dépistage que vous suggère votre médecin.

La mammographie permet ainsi de reconnaître un cancer du sein avant de découvrir une grosseur à la palpation. Elle doit être systématiquement réalisée tous les 3 ans à partir de l’âge de 50 ans, plus tôt quand ces fameux facteurs de risque ont été identifiés sont autant de signes qui doivent vous inciter à consulter.

Pendant une mammographie, la poitrine est légèrement compressée entre deux plaques métalliques. Cet examen ne dure que quelques minutes. Seules la palpation et la mammographie permettent de détecter une petite tumeur. Ainsi, plusieurs pays possèdent un programme national de dépistage du cancer du sein. Pour la localisation de cette tumeur comme pour les autres, la précocité du diagnostic est en effet un gage de bon pronostic.

 

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture - 70%
Pertinence - 75%

73%

Notez-le ...

User Rating: 5 ( 1 votes)

A Voir aussi

Remèdes de grand-mère pour l’hiver

Des potions naturelles et efficaces, faites maison pour affronter la saison en toute sérénité Pour …

Laisser un commentaire