Accueil - Quotidien - Psycho - Le tour du monde en rêves

Le tour du monde en rêves

 

A quoi rêvent les Inuits, les Haïtiens, les Maoris, les Bretons, les Papous, les Zoulous…

Voici le tour du monde en rêves !

Inuits – Groenland

Ce que redoutent le plus les Inuits est l’influence des esprits des morts ou des mauvais esprits (toornat ou tupilat) qui peuvent apporter de terribles souffrances. Le rêve est le moment recherché par ces tupilat (qui ont de grandes oreilles, des cornes, de grandes dents et des pattes griffues) pour annoncer leurs prochaines visites.

Le tour du monde en 15 rêves

Mohaves – Amérique du Nord

Le grand rêveur chez les Indiens Mohaves est le chaman. Son rêve est une version rituelle très condensée et allusive d’un long mythe ou d’un cycle de chants. Le rêve confère au futur chaman pouvoir et savoir particulier.

Tarahumaras – Mexique

On affirme que lorsque l’homme dort, son âme, l’iwigara, sort et travaille pour lui. Elle veille sur le troupeau et prévient son maître de l’approche des coyotes. L’iwigara peut avoir des rapports avec une femme. Lorsqu’un homme rêve cela, il doit battre sa femme, jusqu’à ce qu’elle avoue !

Haïtiens

Dans le culte vaudou, les esprits s’entretiennent avec leurs fidèles par le rêve. Prêtres et prêtresses sont très favorisés. Les esprits leur donnent des conseils, des recettes médicales et discutent avec eux quelques rites nouveaux dont ils souhaitent l’introduction.

Arawaks – Amazonie du Nord

Les indiens d’Amazonie croient que la seconde essence de la personne développe une vie propre dans les rêves. Pour le Arawaks du rio Purtu, ce que líon voit en songe n’est qu’une aventure de l’esprit.

Alakalufs – Terre de feu

Les rêves annoncent la visite des morts qui réintègrent le monde des vivants. Le mort ne se résigne pas à sa solitude et tente de s’emparer de ceux qu’il a connus. Au moment de leur décès, on munit les Alakalufs du nécessaire pour l’au-delà, et on brûle leurs biens pour leur barrer la route du retour.

Maoris – Nouvelle-Zélande

L’esprit-songe, te waira, abandonne le corps pendant le sommeil et part à la recherche de renseignements utiles au bien-être de son écrin corporel. Chez les Maoris, on évite toujours de réveiller quelqu’un brusquement afin de laisser le temps à l’esprit de réincarner convenablement le corps.

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une Note ...

User Rating: 4.55 ( 1 votes)

A Voir aussi

Relation mère-fille

  On a beau savoir que c’est normal, ses soupirs excédés, ses regards dégoûtés sont …

Laisser un commentaire