Accueil - Ailleurs - Les Cabanes à Sucre

Les Cabanes à Sucre

Les Cabanes à SucreAprès la torpeur de l’hiver, le printemps, c’est l’éveil de la forêt, c’est le « Temps des sucres ».

Pour les acériculteurs, de longues heures de travail les attends. Familles et amis s’amènent à la cabane.

Depuis des générations, nombreux sont ces Québécois qui participent à ces activités printanières ou qui produisent le sirop d’érable pour le bénéfice de millions de consommateurs à travers le monde.

Pendant longtemps, les historiens pensèrent que les Amérindiens apprirent aux colons européens à faire du sucre d’érable.

Bien qu’ils sachent entailler et cueillir l’eau, leur poterie ne permettait pas de la faire bouillir suffisamment pour faire du sirop et encore moins du sucre.

L’acériculture commence vraisemblablement vers 1680. Le chroniqueur La Hontan en décrit les débuts huit ans plus tard et des blocs de sucre sont envoyés en France en 1691.

EN QUÉBÉCOIS: « Venez vous sucrer le bec »

J`ai hâte au temps des sucres, après le long hiver les érables nous offrent leur délicieux sirop. Une journée très attendue qui commence par la montée à travers l`érablière, en traîneau à neige tiré par les chevaux jusque`à la cabane à sucre.

Mais on ne se contente pas de manger, on y danse, et même les enfants s’en donnent à cœur joie ! Les plats sont toujours à volonté, au menu :

– Fèves au lard, oreilles de cris (cochon), omelette, galettes de pommes de terre, jambon, saucisses, le tout bien évidemment arrosé du fameux sirop d’érable. Mais il faut aussi garder une place pour le dessert : pudding du chômeur, gâteau de grand mère et tarte à l’érable !

Avant de partir, rendez-vous à l’extérieur pour « la tire sur la neige ».

Chacun fabrique sa délicieuse sucette avec le délicat sirop chaud versé sur un lit de neige, que l’on enroule autour d’un bâtonnet de bois.

Les adultes deviennent des enfants. Ce jour là mesdames, oubliez les calories !!! La première fois que j’ai mangé dans une cabane à sucre, je n’ai rien avalé pendant 2 jours ! Si vous passez au Québec en février ou mars, venez faire un party de cabane à sucre !

Le tire sur la neigeMousse à l’érable

Ingrédients : 4 jaunes d’œufs moyens, 125 ml (1/2 tasse) sirop d’érable, 250 ml (1 tasse) lait chaud, 5 ml (1 c. à thé) essence de vanille, 5 ml (1 c. à thé) fécule de maïs délayée dans un peu de lait ou d’eau, 1 sachet de gélatine neutre, 25 ml 9 (2 c. à table) eau froide, 50 ml (1/4 tasse) eau bouillante, 125 ml (1/2 tasse) crème fouettée. Pour la décoration : 125 g de chocolat mi-sucré fondu.

Préparation : Dans un bain-marie ou une casserole à feu très doux, mélanger les jaunes d’œufs et le sirop d’érable. Ajouter le lait chaud, l’essence de vanille et la fécule de maïs. Chauffer en mélangeant jusqu’à ce que la crème nappe une cuillère en bois ; laisser refroidir. Dans un petit bol, faire gonfler la gélatine dans l’eau froide puis mélanger avec l’eau bouillante. Incorporer à la crème anglaise, déposer au réfrigérateur 10 minutes. Ajouter la crème fouettée et mélanger à la spatule. Verser sur le gâteau au chocolat et réfrigérer à nouveau 1 à 2 heures. Décorer avec le chocolat fondu en faisant des lignes croisées.

 

 

A Voir aussi

Le bénévolat

  Avant de s’engager, il faut tenir compte de ses envies mais aussi de ses …

Laisser un commentaire