Accueil - Couple - Les célibataires enfin décomplexés

Les célibataires enfin décomplexés

 

Le célibataire européen assume bien sa situation, sort de ses complexes, et parfois même choisit librement le célibat.

Le célibat se vit aujourd’hui, comme une étape et non plus comme un état, une phase de maturation et de préparation dont il importe de profiter de chaque moment.

Décryptage…

Célibataire et heureux de l’être

46% des célibataires européens et 34,8% des célibataires français se disent satisfaits ou très satisfaits de leur célibat.

Le résultat est d’autant plus intéressant si l’on se penche sur le faible taux de célibataires qui ne considèrent pas leur condition comme non satisfaisante. Il apparaît que 75% des individus en Europe et 71% en France ne considèrent pas négativement leur célibat.

Un célibat choisi et assumé

Quand les célibataires européens sont interrogés sur les raisons de leur célibat, 33% des interrogés se déclarent trop exigeants ! Un chiffre à mettre en perspective avec l’explosion des nouveaux moyens de rencontre…

En effet, 32% des européens et 29,6% des Français pointent du doigt une mauvaise expérience passée comme résultante de leur célibat, 31% des Européens et 33% des Français disent préférer leur indépendance et garder du temps pour eux.

26% des Européens (mais seulement 19% des Français) affirment ne pas avoir besoin d’une relation. Et 10 % des Européens (12% des Français) ne se sentent pas prêts.

Enfin 14% des Européens et 13% des Français disent qu’ils travaillent trop et manquent de temps.

Un formidable accélérateur de carrière et générateur de bien-être

37% des célibataires européens et 37,4% des célibataires français interrogés sont conscients des avantages qu’apporte le célibat sur leur vie professionnelle, en termes de responsabilités moindres ou de souplesse horaire.

On peut donc en déduire que pour ces célibataires, leur condition leur permet d’être plus libres dans le choix de leur métier. De plus, le fait même d’être célibataire leur permet de plus s’impliquer dans leur travail et ainsi évoluer plus rapidement.

Eclairage de Sabrina Philippe, psychologue

‘S’il peut être parfois surinvesti et constituer un palliatif à la solitude amoureuse, cela se traduit plus sur un plan affectif qu’en termes d’horaires. Car une personne célibataire devra consacrer un temps non négligeable à entretenir son réseau social et à préparer ses loisirs, sous peine de sombrer dans un isolement peu appréciable.’

 

Les célibataires enfin décomplexés !

Plutôt seuls que mal accompagnés

71% des célibataires européens et 61% des célibataires français déclarent être célibataires depuis plus d’un an. Ils ne sont pas prêts à tous les compromis pour ne plus vivre seuls.

Cette longue période peut s’expliquer par des exigences accrues, ou un statut assumé, être célibataire n’est plus perçu comme ‘ne pas être en couple’, mais comme une condition reconnue et appréciée.

La raison ? Un passé lourd de conséquences ?

A la question : ‘Avez-vous déjà eu une ou plusieurs relations dites sérieuses dans votre vie ?’, 74% des célibataires européens et 65,4 % des célibataires français affirment avoir déjà vécu en couple.

Assez logiquement, l’écart entre les hommes et les femmes est important : alors que 43% des hommes célibataires n’ont jamais vécu de relation sérieuse, les femmes déclarent pour 74% avoir déjà eu une ou plusieurs relations sérieuses. Les hommes mettraient donc plus de temps à trouver leur première relation sérieuse, en raison d’une maturité sur la question intervenant plus tard que les femmes.

Par ailleurs les Français sont à la traîne de l’Europe sur le nombre de relations sérieuses qu’ils affichent : 6% quand la moyenne européenne est à 16%. Ce sont eux qui déclarent également le plus n’avoir jamais eu de relation sérieuse, détenant le record absolu européen : 35% quand la moyenne est à 24.

Eclairage de Sabrina Philippe, psychologue

‘Je ne suis pas étonnée de voir que plus d’un tiers des célibataires interviewés n’ont pas connu de relation amoureuse sérieuse par le passé. En amour, comme dans bien d’autres domaines, ce sont les ‘bonnes expériences’ qui nous permettent de conforter nos choix et nos prises de risque. Une personne qui a déjà vécu une relation amoureuse satisfaisante sur le long terme, en vivra une autre avec plus de facilité… ‘Ça m’est déjà arrivé, il n’y a pas de raison pour que cela ne m’arrive pas encore…’

La rencontre : un facteur décisif

Les célibataires européens sont de plus en plus actifs dans la recherche de nouvelles rencontres et cultivent l’intention de profiter de toutes les nouvelles opportunités dégagées par les réseaux sociaux et les sites de rencontre. Ceux-ci sont à présent perçus de manière très favorable et ne génèrent plus la suspicion des débuts.

Les amis de mes amis sont mes amours

Pour 61% des célibataires européens, leur cercle d’amis est le meilleur moyen de faire des rencontres. Les femmes comptent plus que les hommes sur les amis 65,7% vs 56%, mais moins sur les sorties : 39,1% vs 41,4 pour les hommes.

Love at work !

62% des célibataires européens comptent sur le travail et/ou l’université pour rencontrer l’amour.

Et les femmes encore plus que les hommes ! 37,9% vs 32% pour les hommes.

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une Note ...

User Rating: 4.35 ( 1 votes)

A Voir aussi

Victime d’un manipulateur destructeur

La victime sera sans doute dans une période de sa vie ou elle est déstabilisée …

Laisser un commentaire