Accueil - Couple - Les couples insupportables

Les couples insupportables

 

Vous en connaissez sûrement dans votre entourage, on les aime bien séparément, mais dès qu’ils se retrouvent ensemble ils nous donnent envie de fuir.

Alors, pourquoi, en société, certains couples n’arrivent-ils pas à se tenir ?

Le couple fusionnel

Pour ceux qui la connaissaient avant leur rencontre, Patricia Les couples insupportablesa beaucoup changé. Renonçant apparemment à ce qui faisait sa personnalité, de Michel, elle a tout adopté : ses goûts culinaires, ses opinions politiques, sa façon de parler…

En société, sorte de bête à deux têtes, ils sont rivés l’un à l’autre, forment un front uni, se ravissent de dire la même chose en même temps, ne montrent jamais le moindre désaccord.

Ce que dit Patricia ? Qu’elle s’est trouvée avec Michel, qu’il est comme son double et qu’elle ne pourrait plus vivre sans lui. Passer une soirée seul avec elle ? Pas question. Non seulement, elle n’en a pas envie, mais Michel ne ne supporterait pas !

Ce qui se joue dans ce couple
A travers ce lien exclusif qui condamne toute autonomie, les partenaires tentent de pallier un manque de confiance en eux-mêmes et d’échapper à la dépression, à la solitude, à une peur de la séparation très ancrée en eux. Le propre de la relation fusionnelle est le sentiment que sans l’autre, on s’effondre. Cette symbiose est souvent une façon inconsciente de contourner ce que l’on ressent, de refuser le manque, l’inconnu. Alors qu’ils pensent tout partager, tout comprendre de l’autre, en réalité ils font preuve d’un grand aveuglement l’un sur l’autre. Loin de s’enrichir à l’extérieur, ils finissent par se stériliser, par s’épuiser dans cette relation qui semble les combler, en apparence seulement.

L’impression qu’il nous font
Ce couple nous irrite car il donne le sentiments que les partenaires ignorent le reste du monde. Leur dépendance est semblable à celle des nourrissons, leur gestuelle, la façon dont ils se tiennent la main, restent collés l’un à l’autre, peuvent aussi inspirer une forme de dégoût.

Comment réagir ?
Ne pas remettre en question leur relation, mais tenter de rassurer chacun, de leur montrer individuellement qu’ils ont sans doute des qualités personnelles qu’ils auraient intérêt à explorer et à développer.

Le couple explosif

Crise qui dure ou nouvelle façon d’être, Janice et Gérard ont pris le pli d’exposer leurs conflits à tout va. Désormais, être invité chez eux prend des airs de guet-apens. Le déclenchement de la dispute ? Souvent l’indifférence affichée de Gérard à l’égard de sa femme, qui néglige, par exemple, de lui répondre lorsqu’elle s’adresse à lui. Excédée, Janice prend immédiatement les amis à témoin. Gérard se crispe, lance un « Tu ne va pas commencer ! ». Et là, justement, c’est parti pour de bon. Impossible de les arrêter. Toute tentative pour changer le cours de la conversation se révèle vaine : échange violent entre les époux, au cours duquel chacun déverse brusquement ses insatisfactions. Puis, c’est l’accalmie.

Ce qui se joue dans ce couple
A travers ces explosions publiques, il a besoin de libérer une tension interne, une agressivité qui le déborde, et d’exprimer une incapacité des deux partenaires à se donner l’un à l’autre. Souvent pour compenser un manque d’épanouissement sexuel, ce type de couple se réfugie dans ce que l’on pourrait appeler une « érotisation de la dispute » : l’explosion verbale fait office d’équivalent orgasmique. Enfin, ce peut être une tentative pour l’un des conjoints d’ouvrir le dialogue, ou de déstabiliser son partenaire en prenant des tiers à partie, d’autant plus éprouvant que le partenaire ne sait pas se défendre.

L’impression qu’il nous font
On se sent gêné, piégé ; on peut aussi éprouver une curiosité voyeuriste ou encore la tentation d’arbitrer le conflit, le sentiment que l’on a un rôle à jouer, une mission à accomplir auprès de ce couple. Enfin, pour certains, les conflits d’autrui sont une occasion de régler, eux aussi ouvertement, leurs propres comptes conjugaux.

Comment réagir ?
A moins que la situation soit insupportable de violence, il n’est pas nécessaire de partir : le déclenchement et l’aboutissement de la dispute sont en général fulgurants, mais brefs. Mais il ne s’agit surtout pas d’arbitrer le conflit ou de prendre parti. Ce qui compte, c’est de laisser s’exprimer cette agressivité, de laisser passer la vague.

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Notez-le ...

User Rating: 3.25 ( 2 votes)

A Voir aussi

Maîtriser son stress

  En France, plus de la moitié de la population se dit stressée… Qu’est-ce que …

Laisser un commentaire