Accueil - Couple - Les Faq’S de l’amour

Les Faq’S de l’amour

 

Parce que la sexualité ne va pas sans poser de nombreuses questions, voici des réponses aux interrogations ‘amoureuses’ les plus fréquentes…

Du partenaire au désir en berne à un appétit sexuel insatiable en passant par un stérilet gênant…

Un partenaire au désir en berne

Nombreuses sont les femmes qui se plaignent de tels ‘passages à vide’ de leurs conjoints. Elles remettent alors leur pouvoir de séduction en cause parce que les ardeurs de leur partenaire se font de plus ne plus rares ou sont inexistantes, depuis quelques semaines, voire plusieurs mois.

Il est recommandé d’abord de s’assurer du bien-fondé de ses soupçons. Un homme peut effectivement avoir d’autres préoccupations : la fatigue, le stress, les soucis professionnels ou financiers sont autant d’obstacles à l’amour qu’il convient, certes, de combattre mais aussi parfois de comprendre.

Cela dit, une femme souffre de cette situation, le mieux pour elle est d’aborder franchement le sujet avec son compagnon, elle sera certainement rassurée. Lui attend peut-être que les avances viennent d’elle. Si un homme connaît effectivement une baisse de libido plus notable, peut-être est-ce, pour un couple, l’occasion de mettre les choses ‘à plat’.

Les Faq'S de l'amourDialoguer et ‘rester en contact’ est certainement le meilleur des traitements, si la sexualité reste l’une des composantes importantes de l’harmonie conjugale, elle n’est pas non plus la seule.

Des gestes de tendresse, des échanges de point de vue, des projets communs, etc., sont là pour se prouver que l’on s’aime et que ce passage à vide n’est que transitoire.

Il ne faut pas laisser la sexualité gâcher la complicité… mais faire de cette dernière une alliée pour la retrouver.

Un stérilet gênant

Il arrive en effet que certains hommes se plaignent d’être irrités ou piqués par les fils du stérilet de leurs compagnes pendant les rapports. En principe, c’est impossible puisqu’il est placé dans l’utérus et que les fils, fins et souples, sont à peine perceptibles.

Le gynécologue peut pourtant décider de couper les fils s’il lui paraissent trop longs (pas trop courts non plus, sinon ils perdent de leur souplesse et le problème risque d’empirer).

Par ailleurs, un homme peut être hostile à ce mode de contraception et cette gêne devient un argument pour que sa femme change de contraceptif.

Si la plainte vient de la femme, la gêne qu’elle impute au stérilet a peut-être une origine totalement différente. Ainsi, une infection provoque des douleurs lors des rapports sexuels. S’il y a d’autres signes accompagnateurs (saignements, pertes plus abondantes, etc.), elle doit consulter. Un traitement adapté viendra à bout de ses problèmes.

Moins de plaisir après l’accouchement

Il n’y a aucune raison de s’inquiéter, car cette baisse de plaisir s’explique par plusieurs paramètres. Physiologiques, d’abord. Un accouchement n’est pas anodin, il met le corps à rude épreuve.

Un travail long et difficile, une délivrance brutale peuvent notamment provoquer une déchirure du périnée qui reste douloureuse et gêner les relations sexuelles durant quelques semaines. Plus simplement, l’épisiotomie prend un peu de temps pour cicatriser et, en attendant, cette zone est sensible. Ces inconvénients rentrent dans l’ordre rapidement (en principe trois semaines) et l’on retrouve alors le même plaisir… qu’autrefois !

Des causes hormonales, ensuite : on le sait, la sexualité et le plaisir sont sous l’étroite influence des hormones, elles mêmes régies par le tout-puissant cerveau. Si la jeune femme est fatiguée ou déprimée (baby blues), les sécrétions hormonales perturbées ne jouent plus leur rôle de lubrificateur des parois vaginales. Desséché, le vagin est moins réceptif, rendant la pénétration inconfortable, voire désagréable.

Il est bien normal, dans ces conditions qu’elle éprouve une baisse de plaisir et ait du mal à atteindre l’orgasme. Psychologiquement, enfin, une naissance interfère sur les relations de couple. Une jeune maman peut avoir du mal à se situer dans son nouveau rôle de mère par rapport à celui d’épouse. Nouvellement investie d’un rôle maternel, elle se détourne, sans s’en rendre compte, de sa sexualité, tout occupée par la présence de son bébé.

Elle aura besoin d’un peu de temps pour acquérir de nouveaux repères et retrouver un équilibre pour accorder autant d’importance (et de temps) à sa fonction maternelle qu’à son couple. Il est important d’en parler à son conjoint qui saura faire preuve de patience et de compréhension.

Un clitoris très sensible

Le clitoris est comme un pénis en miniature, c’est à dire qu’il est capable de connaître une érection. Il est extrêmement riche en terminaison nerveuses et c’est ce qui fait de lui l’un des organes essentiels du plaisir féminin. C’est cette innervation qui explique à quel point il est sensible et facilement stimulé…

On peut être tellement sensible à ce niveau là, que le toucher direct est quasi insupportable. La sensation est alors plus proche de la douleur que de l’excitation. Il suffit de le dire à son partenaire afin qu’il évite de l’approcher sans égards. Cette sensibilité peut aussi favoriser l’orgasme clitoridien. Certaines femmes sont des ‘vaginales’ et elles accèdent au plaisir sans cette stimulation, simplement par la pénétration. L’orgasme ainsi atteint, s’il est plus rare, est plus profond et y gagne donc en intensité.

Mal au ventre pendant l’amour

A la différence des douleurs génitales superficielles qui signent plus volontiers une infection locale, une douleur plus profonde est généralement causée par des affections gynécologiques, comme une inflammation des trompes, une endométriose, un kyste de l’ovaire.

Ces affections se traitent bien et il est donc indispensable d’aller consulter votre gynécologue pour éviter toute complication et retrouver votre confort sexuel.

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une note ....

User Rating: 4.7 ( 1 votes)

A Voir aussi

Victime d’un manipulateur destructeur

La victime sera sans doute dans une période de sa vie ou elle est déstabilisée …

Laisser un commentaire