Accueil - Famille - Les franc-maçonnes

Les franc-maçonnes

 

« La plupart des femmes viennent chercher dans les loges des valeurs fondamentales, une écoute, une tolérance mutuelle, une réflexion constructive, un épanouissement personnel, affirme Françoise Jupeau Réquillard, mais aussi la compensation de frustrations pénibles et nombreuses: familles trop pesantes, époux dominateurs, schémas sociaux asservissants, rôle astreignant. »

Voilà pourquoi s’est développée une maçonnerie féminine. Les « filles de la Veuve » préférant rester entre elles sont désormais aussi nombreuses que celles optant pour la mixité… alors que 93% des frères de la maçonnerie française demeurent attachés à leur atelier masculin. Chez les femmes, donc, il y a deux écoles.

« Dans une assemblée mixte, les hommes confisquent la parole », affirme Laure, enseignante parisienne de 56 ans initiée à la GLFF. Membre de la même obédience, Marthe, 68 ans, renchérit : « Les femmes ne sont libres qu’entre elles et, comme elles ont une sensibilité commune, leurs travaux sont de meilleure qualité sans mecs, d’autant plus que la parole n’est pas parasitée par de vieux schémas de séduction. » « Avec des femmes, les hommes ne peuvent pas s’empêcher de se comporter en donneurs de leçons », regrette Bernadette, infirmière marseillaise et vénérable d’un atelier de la Grande Loge féminine de Memphis-Misraïm (GLFMM).

Les franc-maçonnesLes sœurs des loges mixtes ne comprennent pas ces arguments, puisque les règles de débat maçonniques interdisent de couper la parole de l’autre et limitent les interventions de chacun.

« La mixité en franc-maçonnerie est un lieu – ils sont si rares – où les hommes et les femmes se parlent en se respectant, insiste Colette, Strasbourgeoise de 51 ans, membre de la Grande Loge mixte de France. J’admire les frères de nos ateliers : ils ont le courage de venir y perdre du pouvoir. » Reste que la présence de couples en loge mixte pose problème. Ils peuvent affecter la vie d’un atelier en constituant un miniclan ou en laissant apparaître leurs conflits conjugaux. « Dans une loge mixte, j’ai vu un homme pleurer parce que la planche de son épouse avait été critiquée », confie Marthe.

« A moins d’être une féministe de type américain, c’est-à-dire qui rejette les hommes, une femme préfère la mixité », tranche avec assurance Anne, 50 ans, sœur d’une loge parisienne du DH. « Nous ne rejetons pas du tout les hommes, soutient Claude Guillaut-Darche, 49 ans, grand maître général de la GLFMM. Mais l’initiation est une expérience intime, dans le domaine sacré, qui ne peut se transmettre qu’entre femmes. « L’initiation n’est pas une mise à nu et peut parfaitement se vivre en mixité », rétorque Danièle Juette, 54 ans, grand maître adjoint du DH international.

Deux points de vue inconciliables ? « Historiquement, l’initiation mixte n’existe pas, reconnaît l’enseignant et chercheur Yves Hivert-Messeca. Mais l’initiation maçonnique n’a jamais été très anthropologique. Parce qu’elle n’existe que dans la tête de ceux qui se prennent au jeu, c’est une initiation « Canada Dry », une tradition mystique ou de simples règles morales. »

Les « filles de la Lumière » conservent pourtant de leur initiation en loge un souvenir souvent très fort. Mais elles la qualifient d’ésotérique… donc d’indicible. « Peut-on décrire ce que l’on ressent en arrivant au sommet d’une montagne après une randonnée pédestre ? » s’interroge Françoise, 59 ans, sœur de la GLFF. Extase ou coup de foudre ? Emotion ou désarroi ? Détresse ou paralysie ? Illumination ou renaissance ? Le rituel maçonnique, très théâtralisé, est conçu pour ne pas laisser indifférent.

Sous le bandeau, Marie-France Picart s’est sentie « dans le ventre de la mère », envahie par une agréable envie de dormir. « J’avais les yeux bandés au milieu de frères et de sœurs que je ne connaissais pas et les questions fusaient de partout, se souvient Gabrielle, chef d’entreprise francilienne de 50 ans initiée au DH. Lorsqu’on m’a demandé: « Que pensez-vous de la mort ? », j’ai fondu en larmes. Mon mari était décédé il y avait à peine trois ans. »

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une Note ...

User Rating: 3.8 ( 1 votes)

A Voir aussi

Gâteaux pour la fête des mères

  Les enfants fêtent les mamans en concoctant des desserts pleins d’amour … La Fête …

Laisser un commentaire