Accueil - Quotidien - Argent - Les Français et l’immobilier

Les Français et l’immobilier

 

L’intérêt porté aux questions immobilières : des disparités marquées

Les Français se déclarent majoritairement intéressés par l’immobilier. 61% ont ainsi déclaré s’informer et regarder régulièrement ou de temps en temps le prix des logements (dont 28% régulièrement). On observe toutefois des taux légèrement inférieurs chez les femmes, qui sont moins nombreuses à s’y intéresser de manière régulière (25% contre 30% pour les hommes).

En outre, sur cette question, on peut observer des différences assez nettes liées à l’âge. En effet, les 25-34 ans et les 35-49 ans sont plus nombreux à s’informer régulièrement ou de temps en temps sur l’immobilier (respectivement 69% et 66%), ce qui peut logiquement s’expliquer par le fait qu’ils sont plus nombreux dans ces sous-populations à devoir prendre des décisions en matière d’immobilier.

On remarque également des différences marquées selon la profession du répondant. Les cadres et professions libérales sont ainsi 81% à s’intéresser à l’immobilier, et les professions intermédiaires 72%. A l’opposé, les retraités et autres inactifs sont moins nombreux à se sentir concernés par le sujet (52% et 53%), probablement du fait d’une plus grande inertie en matière d’achat ou de location de biens immobiliers.

On peut par ailleurs distinguer des écarts importants selon les régions. La région Méditerranée est ainsi celle dont les habitants manifestent le plus d’intérêt pour l’immobilier (71%), suivie par l’Ouest (68%), le Nord Pas-de-Calais (63%), et la Région Parisienne (61%), cette dernière se situant juste au niveau de la moyenne nationale. A l’inverse, on peut relever que les habitants de la Champagne, de la Picardie et de la Bourgogne sont une minorité à s’informer sur le sujet (49%). Enfin, on constate que l’intérêt pour l’immobilier varie peu selon la catégorie d’agglomération.

La répartition des tâches en matière de formalités matérielles : une dispersion forte des personnes s’en occupant

Les Français ont été interrogés sur la répartition des tâches dans le couple en cas de réalisation d’un achat immobilier. En ce qui concerne les formalités administratives et la négociation du prêt avec la banque, on observe une certaine dispersion des réponses.

Sur la question des formalités administratives auprès de l’assurance et du notaire, on constate en effet une répartition presque égale entre les répondants déclarant s’en occuper eux-mêmes (44%) et ceux qui disent s’en charger à deux (42%), seuls 14% désignant leur conjoint. Les femmes déclarent dans une plus forte proportion qu’elles prennent en charge elles-mêmes ces formalités (45% contre 43% pour les hommes), et elles sont moins nombreuses à affirmer qu’elles effectuent ces démarches à deux (40% contre 45% pour les hommes).

Là encore, des différences liées à l’âge se font jour : on observe que plus l’âge est élevé, plus la part d’individus s’occupant eux-mêmes des formalités administratives croît (39% chez les 18-24 ans, 40% pour les 25-49 ans et 53% pour les 65 ans et plus). En ce qui concerne la profession des répondants, on note que les retraités ont davantage tendance à s’occuper seuls de ces formalités (55%), de même que les cadres (50%), tandis qu’à l’opposé les autres inactifs et les ouvriers privilégient une démarche à deux (48% et 47% contre 42% sur l’ensemble de la population). On peut enfin noter que les personnes dont le niveau d’intérêt pour l’immobilier est le plus fort s’occupent plus fréquemment seuls de remplir ces formalités.

Concernant la négociation du crédit avec la banque, 37% déclarent s’en occuper euxmêmes, 49% à deux et 13% seulement la confient à leur conjoint. Toutefois, les hommes sont moins nombreux à déléguer cette opération (9% contre 17% pour les femmes), préférant s’en occuper seuls (41% contre 33% pour les femmes).

En termes d’âge, on peut relever que les moins de 35 ans et les 35-49 ans sont une majorité à s’occuper du crédit bancaire en couple (53% et 56%), tandis que là encore, les répondants de 65 ans et plus effectuent plus souvent les démarches individuellement (46% s’en occupent eux-mêmes et 15% laissent leur conjoint négocier le crédit).

On peut aussi noter des variations selon la catégorie d’agglomération. Si les habitants des communes urbaines de province sont proches de l’ensemble de la population, on constate en revanche que dans les communes rurales, ils sont plus nombreux à s’occuper du crédit à deux (53%), à l’opposé de l’agglomération parisienne (44%).

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une Note ...

User Rating: Be the first one !

A Voir aussi

Un Halloween d’enfer

  Vous voulez impressionner ou effrayer vos invités sans vous ruiner pour le 31 octobre …

Laisser un commentaire