Accueil - Tendances - Actus - Les nouvelles tendances de la convivialité

Les nouvelles tendances de la convivialité

 

 Cercles familiaux 

Depuis un demi-siècle, les générations d’une même famille vivent dans des logements séparés, et les membres de la parenté ont tendance à se disperser géographiquement. La grande famille est surtout présente dans les rêves et les pensées, l’ordinaire des échanges se limite aux petites visites et aux coups de téléphone. Sauf quand un repas est organisé, il devient alors un instrument de fabrication de la famille.

Le schéma le plus courant est l’invitation, par les parents, des enfants ayant quitté le foyer. Les jeunes, adeptes des grignotages, avachissements et autres plateaux-télé, sont alors ravis de se glisser pour un temps dans la chaleur et la structure forte d’un vrai repas de famille.

La vaisselle comme les mets jouent un rôle de porteurs de mémoire. Il s’agit de retrouver ses racines, les goûts de l’enfance et les gestes de la culture familiale.

 Rupture de l’ordinaire 

Vers une association de plaisirs. La réception amicale est une rupture de l’ordinaire de la vie, une parenthèse plus ludique et intense. Une sorte de petite aventure où l’on sort du soi habituel pour aller vers les autres, dans une communion intime où tout se mélange dans la gaîté. L’art de la réception est devenu celui d’une association des plaisirs. Ceux des cinq sens tout d’abord.

Le goût bien entendu, mais aussi de plus en plus l’odorat, la vue, l’ouïe et même le toucher. C’est un premier aspect qui explique la force avec laquelle le terme ‘ambiance’ est plébiscité.

Le second aspect tient à se qui se passe au-delà des sensations les plus directes. Ce n’est pas un hasard si les conversations protocolaires sont rejetées, si l’on refuse de parler de la politique, trop sérieuse et qui divise, si le thème du travail est interdit. Car le but est de tenter d’entraîner le petit groupe dans un autre monde, une ‘ambiance’ de complicité bienheureuse et légère.

Les nouvelles tendances de la convivialité La météo comme baromètre ! 

Une surprise de l’enquête est qu’il y ait pire encore que la politique ou le travail comme sujet de conversation détesté : le temps qu’il fait ! L’explication est pourtant simple, et très révélatrice des mutations en cours. La discussion sur le temps qu’il fait est caractéristique des échanges dans l’espace public (par exemple entre voisins, ou même entre des inconnus) ayant pour fonction de nouer le lien tout en protégeant son intimité ; un sujet qui permet de parler sans rien dire de soi. Parler de la pluie et du beau temps dans une réception est donc le signe que le groupe est en train d’échouer dans sa tentative de pénétrer dans une convivialité d’un nouveau type, marqué par un partage des intimités.

L’enquête permet de dessiner de façon très précise la configuration de cette quête intimiste et conviviale. L’enfant et la famille, ainsi que les loisirs et les vacances sont mis en avant. Il ne s’agit pas en effet de mettre sur la table les problèmes les plus lourds et secrets de chacun. Mais de partager collectivement les moments qui renforcent le bonheur de vivre. De ne se livrer qu’au travers du filtre des rires et des douces sensations. De renforcer encore, par ce qui est dit, l »ambiance’ composée de plaisirs multiples.

Une autre réponse est très révélatrice : parler de ‘Soi, ses goûts, sa personnalité’ est largement rejeté. Il s’agit en effet de partager son intimité et de se confier, mais sans jamais se mettre personnellement en avant. Au contraire le rêve est de s’oublier (pour un temps) dans le groupe, de n’être, sur fond de gentillesse et d’humanité, qu’un élément de cette ‘ambiance’.

 Simplicité et exceptionnel 

Une tendance en quête d’authenticité. II existe à l’évidence derrière cette nouvelle tendance une quête d’authenticité (qui se manifeste sur bien d’autres aspects dans la société actuelle). Aspiration qui se concrétise parfois par l’improvisation de réceptions informelles. Mais une aspiration exactement inverse s’observe également : créer l’événement, par un véritable festival de goûts, de formes et de couleurs.

Car la réception est une rupture de l’ordinaire, et il faut la marquer. En évitant le formaliste ancien, mais en développant la créativité de la mise en scène (et des mets préparés). Les convives sont très sensibles à ces attentions, qui sont à la fois des attentions personnelles, et qui signalent que l’on s’apprête collectivement à vivre un moment qui n’est pas comme les autres. Ils n’oublient pas d’apporter des cadeaux. Et les hôtes, malgré le développement des plats préparés et de multiples services, continuent à s’investir fortement dans la préparation de la réception.

En sortant progressivement des cadres imposés de la tradition, les réceptions incitent chacun, qu’il soit invité ou invitant, à s’investir beaucoup plus personnellement, selon des styles qui tendent à se diversifier. Certains par exemple préférant la simplicité et d’autres la création d’événements.

 

 

Par Jean-Claude Kaufmann, Sociologue ‘La convivialité et les arts de la table’, étude menée par le CREDOC pour le Comité des Arts de la Table

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une Note ...

User Rating: 4.65 ( 1 votes)

A Voir aussi

Location de vacances

    Nombreux sont les français à avoir choisi la location saisonnière pour les vacances. …

Laisser un commentaire