Accueil - Quotidien - Bureau - Les phrases à bannir au travail

Les phrases à bannir au travail

 

Expression n°4: « C’est super facile, tu ne peux pas te tromper. »

Vous niez la difficulté, du coup vous rabaissez l’individu, sous-entendant qu’un enfant y parviendrait. En outre, vous oubliez la relativité de l’effort : pour vous c’est facile, pour lui non. Il comprend « débrouille-toi ! »

Dire : « Oui, ce n’est pas évident, je t’explique. » Vous convenez de la difficulté et donnez des éléments pour l’aborder sereinement. Ce qui renforcera la coopération entre vous deux.

Expression n°5: « C’est pas mal ! »

Il y a plus enthousiasmant comme appréciation. La formule est condescendante et négative. Et puis, vous n’apportez rien à l’autre, avec de l’indifférence, du « bof  » dans ces propos. Loin, peut-être, d’une authentique satisfaction.

Dire: « C’est bien, ça pourrait être encore mieux. » Vous reconnaissez la valeur de ce qui a été réalisé, ce qui crée chez la personne l’envie, l’appétence, la volonté de s’améliorer. Vous lui transmettez de l’énergie.

Les phrases à bannir au travail

Expression n°6: « Pour être transparent avec toi… »

Est-ce à dire que les autres fois vous mentez ? Vous manipulez ? Avec certains et pas avec d’autres ? Le doute est permis. En réalité, vous voulez éviter de nuire à votre interlocuteur en lui donnant les clés de compréhension.

Dire: « La raison pour laquelle…, c’est… » Vous montrez que vous avez mesuré que la décision avait un fort impact sur l’individu. Dès lors, il vous saura gré que vous lui clarifiez les choses en explicitant les contraintes, les critères, le contexte.

Expression n°7: « Je vais essayer. »

Une telle affirmation vous engage à moitié, puisque avec l’idée de l’essai, vous vous réservez la possibilité d’échouer ou de revenir en arrière. De fait, vous n’êtes pas sûr de réussir, mais vous confondez obligation de moyen et obligation de résultat.

Dire: « Je vais le faire. » Vous signalez une implication, vous êtes prêt à faire le maximum. Certes, vous n’êtes pas maître du résultat, mais vous êtes maître de vos actions. C’est positif

Expression n°8: « Je le fais dès que j’ai le temps. »

Sentence terrifiante ! Elle sous-tend que l’autre est le cadet de vos soucis, vous êtes bien trop occupé. La demande restera donc en bas de votre « to do list ». L’interlocuteur a le sentiment que ni sa requête ni lui n’ont d’importance. Une position de supériorité que vous affichez alors que vous souhaitiez juste signifier votre indisponibilité à l’instant « t ».

Dire: « Je le fais dès que possible. » Vous indiquez que vous avez des contraintes à gérer, mais que répondre à la demande vous tient à cœur. La personne est prise en considération, elle peut compter sur vous.

 

 

 

François Laure a écrit avec Jansky Jarocki « Les mots pour réussir ensemble », Dunod, octobre 2015

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une note...

User Rating: 4.65 ( 2 votes)

A Voir aussi

Déménagement, mode d’emploi

  Déménager n’est pas chose aisée. Nous allons vous aider à ne rien oublier afin …

Laisser un commentaire