Accueil - Beauté - Les ‘pilules’ minceur

Les ‘pilules’ minceur

 

Chrome – Type : complément alimentaire

Le chrome peut améliorer la sensibilité des cellules à l’insuline et favoriser ainsi l’absorption des sucres. Le chrome pourrait aussi améliorer la synthèse de la sérotonine, un messager chimique du cerveau qui diminue la sensation de faim.

Ce que dit la recherche

Les études sur les animaux sont convaincantes, puisque des suppléments de chrome augmentent la masse musculaire et réduisent la masse grasse chez le porc, le mouton, le poulet et le rat.

Chez l’homme, une étude de 1989 auprès de 42 joueurs de football américain a trouvé une perte de masse adipeuse et une augmentation de la masse musculaire dans le groupe qui avait consommé pendant 6 semaines des suppléments de picolinate de chrome (200 mcg/j). En 1991, une autre étude a porté sur 154 personnes en léger surpoids : une partie a reçu du chrome picolinate (200 à 400 mcg/j) et l’autre partie un placebo. Après 72 jours, le groupe chrome avait perdu plus de poids (1,4 kg), plus de graisses (2 kg) et gagné plus de muscles (0,6 kg) que le groupe placebo.

Une étude de 1992 trouve une perte de poids moyenne de 7 kg en 8 semaines. Mais dans cette étude, le chrome était associé à un régime hypocalorique, de la carnitine et des fibres.

Cependant, des études plus récentes, qui utilisaient des moyens de mesure de la masse adipeuse beaucoup plus précises n’ont pas trouvé que le chrome avait de l’effet : c’est le cas d’une étude de 8 semaines chez des hommes qui suivaient un programme d’exercice physique, et de deux études au cours desquelles la masse grasse était évaluée par hydrodensitométrie (mesure sous l’eau).

Comment l’utiliser : En complément alimentaire, 100 à 200 mcg, 2 à 3 fois par jour.

Précautions d’emploi

Des études ont trouvé des problèmes de toxicité moléculaire avec la forme en picolinate de chrome, mais pas avec les autres formes. Préférer donc le nicotinate de chrome. Prendre l’avis d’un médecin.

Les pilules minceur

5-HTP – Type : complément alimentaire

Le 5-HTP augmente le neurotransmetteur sérotonine dans le cerveau, mais il le fait naturellement : le 5-HTP est en effet la substance que les cellules nerveuses utilisent pour fabriquer de la sérotonine.

Des taux élevés de sérotonine diminuent la sensation de faim, ainsi que la réactivité aux stress et aux coups de déprime, qui peuvent favoriser les excès alimentaires.

Ce que dit la recherche

On sait depuis longtemps que les substances qui, comme le 5-HTP, favorisent la montée de la sérotonine dans le cerveau diminuent l’appétit et font maigrir. Une étude de 1995 a mesuré les effets d’une injection de 5-HTP (5 mg/kg/j) sur des rats, par rapport à un placebo. Après 30 jours de ce régime un peu particulier, les rats qui avaient reçu le produit actif avaient perdu 7% de leur poids initial, alors que les autres avaient gagné 1,3%.

Une étude menée à l’Université de Rome en 1992, en double-aveugle et contre placebo, a évalué les effets du 5-HTP chez 20 patients obèses, à raison de 900 mg/j. L’étude a duré 12 semaines : 6 semaines au cours desquelles les participants ne suivaient aucun régime, puis 6 semaines de régime amaigrissant. Le 5-HTP a permis des pertes de poids significatives au cours des deux périodes, par une diminution de l’appétit et de l’attrait pour les sucres. Le traitement a été bien toléré.

Existe-t-il une reprise du poids initial après l’arrêt du traitement ? L’étude sur les rats constate que 10 jours après l’arrêt des injections, les animaux ont grossi, mais leur poids reste inférieur de 4,5% aux valeurs initiales. Selon ces travaux, le 5-HTP est efficace pour traiter l’excès de poids. D’autres études de confirmation sont nécessaires.

Comment l’utiliser : En complément alimentaire : 50 à 100 mg/j.

Contre-indications : affection cardio-vasculaire (antécédent d’infarctus, angine de poitrine, artérite, dyslipidémie, accident vasculaire cérébral, antécédent d’accident ischémique transitoire, antécédent de phlébite, antécédent d’embolie pulmonaire, hypertension artérielle) ; affection rénale; diabète ; migraine ; grossesse ; allaitement.

Précautions d’emploi : A prendre pendant les repas.

Effets indésirables : parfois nausées, vomissements, diarrhées.

Interactions médicamenteuses : éviter l’association avec les IMAO et les antidépresseurs tricycliques. Prendre l’avis d’un médecin avant tout traitement.

Phénylalanine- Type : complément alimentaire

La phénylalanine est utilisée par les neurones pour fabriquer des messagers chimiques du cerveau (neurotransmetteurs) indirectement impliqués dans le maintien du poids. Elle peut aussi stimuler la sécrétion de cholécystokinine, une substance qui donne au cerveau un signal de satiété.

Ce que dit la recherche

Chez le singe, des suppléments de L-phénylalanine réduisent l’appétit. Chez l’homme (volontaires obèses), l’administration une demi-heure avant le repas d’un mélange d’acides animés – dont la phénylalanine – entraîne une diminution de 22,5% de la prise alimentaire.

Comment l’utiliser : 250 à 1 000 mg/j, à prendre une demi-heure avant un repas.

Précautions d’emploi

Contre-indication absolue : phénylcétonurie.

Contre-indications : traitement antidépresseur aux IMAO, hypertension, maladies cardiaques, cancers, grossesse, allaitement…

Effets indésirables : à doses élevées : insomnie, irritabilité, hypertension.

Précaution : associer à des suppléments de vitamines C et B6. Augmenter les doses progressivement. Ne pas dépasser 2 000 mg/j. Prendre l’avis d’un médecin avant tout traitement.

Les pilules minceur

Tyrosine – Type : complément alimentaire

L’un des principaux messagers chimiques de notre cerveau s’appelle noradrénaline. La noradrénaline fabriquée à l’extérieur du cerveau est un messager qui ordonne aux cellules adipeuses de se débarrasser de leurs réserves. Les suppléments de tyrosine élèvent les taux de noradrénaline, ce qui a pour effet de donner au cerveau un signal de satiété et de mobiliser les graisses de réserve.

La tyrosine améliore aussi l’humeur, ce qui peut contribuer à diminuer la consommation alimentaire. Enfin, la tyrosine sert à la fabrication de la thyroxine, une hormone thyroïdienne importante pour le maintien de la ligne.

Ce que dit la recherche

Dans une étude clinique, l’administration de tyrosine a des personnes obèses a permis d’amplifier de manière significative les effets positifs de l’exercice sur la sensation de faim et sur le poids corporel.

Une autre étude a montré que des suppléments d’acides aminés, dont la phénylalanine, précurseur de la tyrosine, donnés trente minutes avant un repas, entraînent une réduction de 22,5% de la prise alimentaire.

Comment l’utiliser : 500 à 1 000 mg/j avant les repas.

Précautions d’emploi

Contre-indications : traitement antidépresseur aux IMAO, migraines, hypertension, maladies cardiaques, cancers, grossesse, allaitement.

Précautions particulières : ne pas dépasser 2 000 mg/j.

Effets indésirables : à doses élevées : insomnie, irritabilité, hypertension. Rarement : migraines. Prendre l’avis d’un médecin avant tout traitement.

 

 

Mylène le 12 octobre 1999

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Notez-le ...

User Rating: 4.48 ( 2 votes)

A Voir aussi

Votre alimentation pendant la grossesse

  Pour rester en forme, il faut manger équilibré. Vous ne devez pas manger deux …

Laisser un commentaire