Accueil - Beauté - Les règles : une histoire entre mère et fille

Les règles : une histoire entre mère et fille

 

Les premières règles ! Une étape ô combien importante dans la vie d’une femme …

Toutes les jeunes filles se souviennent de ce passage vers l’âge adulte et de la façon dont elles ont abordé le sujet pour la première fois avec leur mère.

Il est d’ailleurs surprenant de constater qu’aujourd’hui encore plus de 36 % des jeunes filles de 14-16 ans ne souhaitent parler de leurs règles à personne.

Alors, comment aborder le sujet des règles en tant que mère ? Plus encore, la façon d’en parler impacte-t-elle la façon de les vivre ?

Classiquement, les filles ont toujours été informées par leur mère (si elles ont été informées !). Toutefois, avec l’évolution des mœurs, la manière d’aborder ces premières règles a évolué au fil du temps.

Dans les années 50, il était très mal perçu de parler de règles. Le sujet était extrêmement sensible et restait généralement une histoire de femmes à partager entre femmes.

Dans les années 50 Yvonne Verdier dans « Façons de dire façons de faire » rapporte que des femmes signalaient que leur mère les avaient giflées lorsqu’elles leur annonçaient qu’elles avaient leurs règles.

Mère et FilleLa gifle était alors donnée pour signifier « tu es devenue une femme ma fille ». Cette réaction quelque peu violente peut être mise en parallèle avec la propre angoisse de la mère par rapport à ses règles.

Dans « Les mémoires d’une jeune fille rangée » Simone de Beauvoir évoque la fois où sa mère parla des règles de sa fille devant tout le monde y compris le père « Je me sentis à jamais déchue ».

Depuis les années 60/70 et la libération de la femme, il n’est heureusement plus question de gifle et les femmes abordent le sujet de façon plus naturelle.

Les termes employés pour parler des règles sont fondamentaux, voire fondateurs car ils influent sur la façon de les vivre positivement ou pas. Si 41% des Françaises de 14 à 45 ans considèrent que l’utilisation du jargon et du langage familier (« les ragnagnas », « je suis indisposée ») pour parler des règles en donne une mauvaise perception, ce chiffre s’élève à 63% chez les jeunes filles de 14-16 ans.

Ces résultats mettent en évidence l’importance de la qualité du dialogue qui doit s’établir entre une mère et sa fille et l’impact des mots utilisés sur le vécu des règles.

Il est donc primordial que les mères informent leurs filles et les rassurent afin de les aider à ne plus considérer les règles comme un sujet tabou, mais au contraire à en avoir une vision positive.

D’après le Docteur Mimoun, « aussi surprenant que cela puisse paraître, aujourd’hui, les femmes sont plutôt contentes d’avoir leurs règles, tant qu’elles ne sont pas trop abondantes, car elles sont le signe que leur corps fonctionne normalement et que demain, si elles le souhaitent, elles peuvent être enceintes ».

* Propos recueillis lors d’une interview avec le Docteur Sylvain Mimoun.

Le saviez-vous ?

– 36% des 14-16 ans considèrent les règles comme un sujet tabou.

– 25% des 17-18 ans considèrent encore les règles comme une période difficile à vivre.

– 42% des 17-18 ans pensent que l’on ne peut pas devenir enceinte pendant ses règles.

 

 

Enquête Always

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Pertinence

Donnez une Note...

User Rating: 4.4 ( 1 votes)

A Voir aussi

Vos plats préférés

  Steak frites, cassoulet, couscous, spaghettis carbonara, blanquette de veau, raclette… Quels sont vos plats …

Laisser un commentaire