Accueil - Quotidien - Psycho - Lever de rideau

Lever de rideau

 

À l’heure des spas et des hammams, la salle de bains est devenue une véritable bulle de détente.

Pénétrons dans une des pièces les plus intimes de la maison, en se penchant sur le comportement de nos concitoyens dans leur salle de bains …

Salle de bains/salon, ou salle de bains/cocon ?

Il apparaît clairement que la salle de bains n’est plus seulement le lieu dédié à la toilette mais aussi, et peut-être avant tout, un lieu de détente : un avis partagé par 86% des interviewés (57% l’affirment avec force).

Les femmes sont encore plus sensibles à cette notion, puisqu’elles sont plus de 90% à ‘ se ressourcer ‘ dans leur salle de bains. ‘Le moment de la toilette est considéré aujourd’hui comme une bulle, une parenthèse, c’est le dernier refuge de l’individu dans son intimité ‘, souligne Annik Pédel, expert du consommateur de produits de toilette chez Lever Fabergé.

La salle de bains, c’est également, pour près d’un Français sur trois, un lieu où les membres d’une même famille aiment à se retrouver. Pour les familles avec des jeunes enfants (35%), ce moment est privilégié… même si c’est deux fois plus la bataille pour accéder à la salle de bains : 23% luttent tous les matins (11% pour le reste de la population française) et ce chiffre s’envole lorsque les enfants ont plus de 18 ans (30%) !

Douche ou bain ? Les Français ont choisi !

Lever de rideau (de douche !) sur l'hygiène des FrançaisDu côté de l’équipement, la baignoire remporte les suffrages haut la main : 79% des ménages ont une baignoire dans leur salle de bains, alors que 54% n’ont qu’une douche.

La réalité des usages est tout autre : en semaine, les Français prennent plus volontiers une douche (87%) qu’un bain (13%). Plus précisément, 71% des Français prennent au moins une douche tous les jours (64% une seule) à l’exception des plus de 65 ans qui les espacent un peu (40% tous les jours et 40% 2 à 3 fois par semaine).

En revanche, 39% ne prennent jamais de bains… et 3,8% des Français doivent pratiquer la toilette du chat, puisqu’ils affirment ne prendre ni douche ni bain.

Cet écart entre ‘pro-douche’ et aficionados du bain se réduit tout de même le week-end, plus propice au bain pour près d’un Français sur trois. Les adeptes du bain occasionnel restent tout de même nombreux, puisque 41% des Français en prennent au moins une fois par semaine.

Les 18-24 ans dans le grand bain

Pressés, les jeunes ? Pas dans la salle de bains. Les 18-24 sont, en effet, deux fois plus que la moyenne nationale, à être ‘plus bain’ que douche en semaine (22% contre 12%), et a fortiori à en prendre tous les jours (14% contre 7%).

‘Le bain est un moment très régressif’, rappelle Annik Pédel. ‘Outre la dimension inconsciente du bain, qui peut rappeler à ces jeunes adultes leur vie fœtale, il est intéressant de mettre ces chiffres en parallèle avec tous les packagings des produits pour le bain qui sont de plus en plus colorés, ludiques, de plus en plus proches du canard en plastique de leur enfance.’

Se laver, entre plaisir et respect

Une notion inédite de la perception de l’hygiène personnelle : on se lave autant par respect pour soi (99% d’accord dont 90% tout à fait d’accord) que pour les autres (98% dont 87% tout à fait d’accord) !

‘Cette quasi unanimité illustre l’importance de la dimension sociale de notre corps aujourd’hui ‘, commente Annik Pédel. ‘On se lave pour se préparer à l’autre, au groupe, mais aussi pour ses proches. Il est devenu par exemple impensable de nos jours d’incommoder les autres avec sa propre odeur, on veut se montrer sous son meilleur jour !’.

Pour presque tous les interviewés (94% d’accord et 71% tout à fait d’accord), se laver est également un plaisir, et encore plus pour les femmes (80% tout à fait d’accord). Plus surprenante est cette notion de purification, dans laquelle se retrouvent 70% des Français, et encore plus pour les 18-24 ans (86%).

Pour Annik Pédel, ‘se laver, c’est se débarrasser des traces de la pollution, bien sûr, mais plus inconsciemment, c’est se purifier pour être comme neuf, pour ‘se rénover’. Cette conception de la toilette n’avait jamais été quantifiée jusqu’à présent’.

Une dent contre le brossage ?

97% des personnes interrogées déclarent qu’il leur arrive de ne pas se brosser les dents. Dans ce cas, 58% ne prennent rien en substitution, 25% un chewing-gum sans sucre, 11% un chewing-gum classique et 5% un bonbon !

En cas de non-brossage, les femmes seraient-elles plus équipées ou prévoyantes que les hommes ? Les chiffres sont là : les femmes remplacent plus souvent le brossage par quelque chose (46% contre 37% pour les hommes).

Les plus jeunes, eux, remportent la palme de l’hygiène buccale de secours : ils sont plus de 40% à remplacer les brossages par des chewing-gum sans sucre.

 

 

Enquête Domoscope Unilever

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une Note ...

User Rating: Be the first one !

A Voir aussi

Relation mère-fille

  On a beau savoir que c’est normal, ses soupirs excédés, ses regards dégoûtés sont …

Laisser un commentaire