Accueil - Beauté - L’exfoliation

L’exfoliation

 

Dans la Grèce antique on se frictionnait la peau à l’aide de blocs faits de sable, de pierre ponce et de cendres. Puis, on lissait son épiderme enduit d’huile avec un racloir de métal.

Les bienfaits de l’exfoliation sont maintenant reconnus, et les méthodes sont aussi variables que leurs adeptes.

Les temps et les méthodes ont changé, mais l’exfoliation demeure néanmoins ce geste qui permet de faire peau neuve en libérant la couche cornée de sa kératine superflue.

L’actuelle prolifération d’objets et de cosmétiques exfoliants n’est pas un hasard, elle est plutôt le fruit d’une population vieillissante, touchée par le ralentissement cellulaire. Elle est aussi le reflet d’une société qui privilégie le contact du corps, qui aime le montrer et qui en apprécie la perfection.

L'exfoliationL’exfoliation ne fait pourtant qu’imiter le processus naturel d’entretien de la peau. Au terme d’un cycle de trente jours, les cellules mortes de l’épiderme migrent en surface où elles se détachent d’elles-mêmes.

Les produits exfoliants hâtent donc ce processus, en un geste rapide qui polit la peau.

Pour de nombreux dermatologues , l’exfoliation (en particulier celle du visage) est jugée superflue ou irritante à cause du cumul des outils et de leur robustesse, auxquels s’ajoute une eau chaude, calcaire et chlorée.

De ce fait , l’exfoliation reste tributaire du produit employé, de la zone traitée et de la fréquence du geste.

En matière d’exfoliation mécanique , le crin naturel est un classique. Tiré de la crinière ou de la queue du cheval, on retrouve le crin sur les archets des violons, comme au bout des cannes à pêche.

En cosmétologie , il est tricoté sous forme de bande ou de gant, parfois doublé de coton ou mêlé à du crin végétal. Naturel, il est beige ou gris; trait, il devient blanc, ce qui modifie davantage son prix que sa qualité, Pratiquement inusable, le crin naturel doit être employé à sec, sur une peau également sèche, et exempte de produits de soins. En effet, une fois mouillées, les mailles de crin se distendent et perdent leurs propriétés exfoliantes et, mêlées à une crème de soins, elles deviennent un véritable nid à bactéries.

Quant à l’éponge , c’est d’abord un animal marin auquel la cueillette sauvage a tellement nuit qu’il est aujourd’hui malvenu d’en suggérer l’usage. Aux éponges naturelles, préférez donc celles en cellulose (qui massent plus qu’elles n’exfolient).

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Notez-le ...

User Rating: 4.35 ( 1 votes)

A Voir aussi

Maîtriser son stress

  En France, plus de la moitié de la population se dit stressée… Qu’est-ce que …

Laisser un commentaire