Accueil - Beauté - L’Intimité féminine en 10 questions

L’Intimité féminine en 10 questions

L’utilisation de préservatifs peut-elle être responsable de mycoses à répétition ?

Non, absolument pas. Un préservatif peut révéler une allergie au latex. Il peut être responsable d’irritations, bien qu’il soit aujourd’hui bien lubrifié, ou de sensations de brûlures mais en aucun cas de mycose, qui est un champignon.

Pour avoir un bébé, est-il vrai que certaines positions favorisent la rencontre du spermatozoïde et de l’ovule ?

Non. Au moment de l’éjaculation il y a suffisamment de spermatozoïdes susceptibles naturellement d’aller à la rencontre de l’ovule. On a même vu des femmes tomber enceintes alors qu’il n’y avait pas eu pénétration, mais seulement éjaculation au niveau de la vulve, mais cela reste exceptionnel.

 

Que veulent dire des saignements entre les règles ?

 

L'Intimité féminine en 10 questionsTout saignement en dehors des règles nécessite une consultation. Si vous êtes sous pilule, assurez-vous que vous ne l’avez pas oubliée, un oubli de douze heures suffit chez certaines femmes à entraîner des petits désagréments. Votre pilule ne vous convient peut-être pas.
Il faut toujours rechercher la cause d’un saignement en faisant des examens complémentaires comme un frottis ou une échographie.

 

Des pertes blanches tout au long du mois sont-elles inquiétantes ?

 

Non c’est normal. Le vagin est une muqueuse mouillée, et il est tout à fait normal d’avoir des secrétions tout au long du mois. C’est physiologique. Elles sont plus ou moins abondantes selon les femmes et différentes selon la période du cycle.

 

Que faire face à des mycoses récurrentes ?

 

Il faut d’abord s’assurer que ce sont de vraies mycoses grâce à des prélèvements. Voir à quels moments elles surviennent ? A quelle fréquence ? On dispose aujourd’hui d’un traitement de fond efficace contre la récurrence des mycoses.

 

Que se passe-t-il exactement quand on prend le RU486 (pilule abortive), comment se déroule l’expulsion, est-ce douloureux ?

 

Le RU486 reste un avortement médical et doit respecter la loi sur l’IVG chirurgicale. Cela n’a rien à voir avec la pilule du lendemain. On peut utiliser le RU486 jusqu’à cinq semaines de grossesse.
La patiente prend tout d’abord une première pilule (le RU) qui interrompt la grossesse, puis 48 heures après une autre pilule (le Cytotec) qui entraîne l’expulsion de l’embryon. Des douleurs et des saignements parfois importants peuvent survenir. Aux yeux de certaines femmes la méthode peut paraître simple mais non, un avortement n’est jamais anodin et nécessite toujours un vrai accompagnement médical.

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une note ...

User Rating: 4.65 ( 1 votes)

A Voir aussi

Résolutions déco

‘Quand on ne peut pas changer le monde, il faut changer le décor.’ (Daniel Pennac) …

Laisser un commentaire