Accueil - Couple - L’orgasme féminin

L’orgasme féminin

 

C’est quoi ?

A la suite d’une stimulation (stimulation génitale ou extra-génitale, sensations érotiques intenses), le cerveau envoie un message qui traverse la colonne vertébrale et provoque une série de contractions rythmiques de la région interne du premier tiers du vagin, de l’utérus et de la région anale.

Trois groupes musculaires entrent donc en jeu: le releveur de l’anus; les muscles bulbo-caverneux; le sphincter strié de l’urètre et le constricteur de la vulve.A quel moment ?

L’orgasme se produit au terme de la phase de plateau : quand l’excitation s’intensifie et que la tension sexuelle et musculaire augmente. Le premier tiers du vagin se gonfle et resserre l’ouverture, les deux tiers du fond du vagin s’arrondissent.

Le clitoris se presse contre l’os du pubis, et les petites lèvres deviennent plus foncées et plus épaisses. Si rien ne vient perturber le processus physiologique (téléphone, bébé qui pleure…), l’orgasme peut alors se produire.

La femme peut aussi connaître des orgasmes nocturnes, qui n’ont pas forcément lieu pendant des rêves à caractère sexuel.

L'orgasme féminin

Durée et intensité

L’orgasme lui-même ne dure souvent que quelques secondes : il peut y avoir de 2 à 3 contractions musculaires, distantes l’une de l’autre de moins d’une seconde. Si toutes les femmes passent par les mêmes phases, en revanche l’intensité de l’orgasme varie considérablement d’une femme à l’autre… et même d’une fois à l’autre chez la même femme.

Chez certaines, des sensations agréables peuvent être ressenties dans le clitoris, et peuvent s’étendre à tout le pelvis. Les contractions musculaires peuvent aller d’une simple palpitation de la zone génitale à une secousse du corps entier.’

Qu’est-ce qui peut jouer sur l’intensité ? Les facteurs jouant sur l’intensité de l’orgasme sont d’ordre physiologique (fatigue, stress) et psychologique (humeur du moment, sentiments éprouvés pour le partenaire).

Pour d’autres, c’est le sexe oral (fellation ou cunnilingus) qui permet de parvenir aux orgasmes les plus agréables et les plus puissants. Il peut y avoir 3 ou 4 spasmes, parfois suivis par de petites contractions plus espacées… surtout si le partenaire continue à lécher doucement.

Pour d’autres encore, les orgasmes les plus puissants sont obtenus par la masturbation… mais ils peuvent aussi être très intenses pendant le rapport sexuel, alors messieurs, ne stoppez pas la stimulation du clitoris, même pendant l’orgasme.

Les signes révélateurs de l’orgasme

Pendant l’orgasme, des changements peuvent apparaître dans les expressions du visage. La femme peut aussi proférer des sons involontaires : gloussements, rires, grognements, cris… si elle ne fait pas de bruit, elle ne pourra sûrement pas s’empêcher de haleter, de pousser de petits soupirs.

Elle peut aussi avoir les jambes qui tremblent, devenir plus faible, ou sembler brièvement déconnectée : elle n’a pas perdu conscience, mais se concentre sur ces sensations agréables, liées à un sentiment d’abandon.

Parfois, c’est tout le corps qui se contracte à chaque spasme. Juste après l’orgasme, une rougeur peut apparaître sur la poitrine et sur les épaules… pendant un bref instant. Mais le signe le plus révélateur est certainement le degré de sensibilité des organes génitaux.Quelques chiffres.

Quand a lieu le premier orgasme ? Pour 23 % des femmes, avant 25 ans; pour 90 % avant 35 ans. Une femme sur deux pense qu’il est important d’avoir un orgasme au cours d’un rapport sexuel.

C’est à 40 ans que les femmes sont le plus épanouies. Elles sont plus susceptibles d’atteindre facilement l’orgasme grâce à une meilleure expérience sexuelle et une bonne connaissance de leur propre corps.

 

 

 

A Voir aussi

Soulager la douleur

  Beaucoup de femmes, surtout pour leur premier bébé, ont besoin d’être aidées à faire …

Laisser un commentaire