Accueil - Couple - L’orgasme féminin

L’orgasme féminin

 

Les différents types d’orgasme : Clitoridien ou vaginal ?

Le clitoris et le vagin sont deux zones de stimulation capables de provoquer le plaisir orgasmique. L’orgasme clitoridien est plus aigu. Grâce à la masturbation, la femme peut y parvenir en quelques minutes.

La stimulation du clitoris tend à produire des orgasmes plus intenses. La sensation éprouvée est très puissante. Cet orgasme met en jeu les muscles pelviens et abdominaux.

L’orgasme vaginal : c’est, selon Freud, l’orgasme ‘adulte et supérieur’, (contrairement à l’orgasme clitoridien, ‘infantile et inférieur’). Comme les parois internes du vagin ont des terminaisons nerveuses, un tiers des femmes affirment qu’elles peuvent avoir un orgasme de cette façon.

La stimulation du point G pourrait conduire à un orgasme profond. Des sensations de vagues de chaleur inondent tout le corps.

Chez certaines femmes, c’est l’éjaculation qui provoque l’orgasme : les contractions du vagin sont provoquées par la prostaglandine, une substance contenue dans le sperme.

Clitoridien ET vaginal ! Il semble qu’il n’y ait pas d’orgasme en fait strictement clitoridien. Mais la stimulation vaginale à elle seule ne suffit pas non plus, pour la plupart des femmes, à produire un orgasme.

Une femme n’est pas clitoridienne ou vaginale, mais les deux à la fois. Selon Masters et Johnson, il n’y a en fait qu’un type d’orgasme, provoqué par la stimulation du clitoris et se traduisant par des contractions du vagin. Pour d’autres, il faudrait un orgasme clitoridien préalable pour parvenir à un orgasme vaginal.

C’est en fait la stimulation prolongée du clitoris qui finit par provoquer des contractions de la plate-forme vaginale. Ce réflexe clitoris vaginal provoque un orgasme superficiel. L’orgasme dit profond se traduit par des contractions utérines régulières, et procure un sentiment de détente. Les deux types d’orgasmes peuvent se produire de façon simultanée ou successivement.

L'orgasme féminin

Les orgasmes multiples

Si la stimulation et l’intérêt sexuel se prolongent par l’orgasme, certaines femmes (une sur dix) peuvent avoir une série d’orgasmes les uns à la suite des autres. Comme les femmes mettent plus de temps à atteindre l’orgasme, elles restent plus longtemps dans la phase de plateau, et peuvent replonger dedans.

Contrairement à l’homme, elles ne connaissent pas de période réfractaire et peuvent donc prolonger le plaisir beaucoup plus longtemps. Elles peuvent ainsi avoir 5, 10, 50 voire 100 orgasmes au cours d’un même rapport sexuel.

Mais les orgasmes multiples ne sont pas pour autant liés à la satisfaction sexuelle. En avoir ne devrait pas être un but en soi : en fait, beaucoup de femmes trouvent même que la stimulation des parties génitales après l’orgasme n’est pas agréable, voire douloureuse.

Les idées reçues sur l’orgasme

Ce n’est pas la durée de la pénétration qui permet à la femme de parvenir à l’orgasme. D’ailleurs, la pénétration n’est pas la seule forme de sexualité… et elle est souvent insuffisante pour provoquer l’orgasme à elle seule.

Trois femmes sur quatre ont besoin d’un stimulation directe de leur clitoris, par des caresses buccales, ou par la masturbation, pour avoir un orgasme. Certaines femmes doivent avoir une stimulation des seins : cela augmente la production de l’hormone ocytocine, qui elle-même provoque la contraction des muscles de l’utérus. Ne pas parvenir à l’orgasme à chaque rapport sexuel n’est pas synonyme d’échec.

40 % des femmes qui ne parviennent pas à l’orgasme à chaque rapport se disent pourtant tout à fait satisfaites de leur sexualité. La satisfaction sexuelle d’une femme ne dépend pas du nombre de ses orgasmes. Les orgasmes multiples, et les orgasmes simultanés ne devraient pas être le but à atteindre. Le contrôle et la volonté d’être synchros empêchent au contraire de vous abandonner au plaisir. Les femmes peuvent avoir un orgasme sans éprouver de plaisir.

Sachez que l’orgasme rend la peau éclatante, améliore le tonus de tout le corps, et a aussi des effets positifs sur le plan cardiovasculaire. L’intensité de l’orgasme n’est évidemment pas proportionnelle à celle des gémissements et des gesticulations qui l’accompagnent.

Une dernière Info : L’orgasme aurait une fonction plus utilitaire que le simple plaisir. Une femme éprouverait le désir d’avoir un orgasme à chaque fois que son corps juge que cela peut optimiser ses chances de fécondation. Schopenhauer aurait parlé de ruse de l’espèce.

La sexualité ne viserait qu’à transmettre notre capital génétique. D’ailleurs, les femmes qui ont un orgasme expulsent moins de spermatozoïdes dans la demi-heure qui suit l’insémination. Les spermatozoïdes sont ainsi plus nombreux à passer du vagin au canal cervical et à l’utérus.

 

 

 

A Voir aussi

La grasse matinée

  Qui l’aurait cru ? La femme moderne, que l’on nous présente si souvent à …

Laisser un commentaire