Accueil - Quotidien - Psycho - Manipulateur Destructeur ou Pervers Narcissique

Manipulateur Destructeur ou Pervers Narcissique

 

Témoignage de Stéphanie

“Quand j’ai rencontré mon futur compagnon, il était charmant (et charmeur), droit, un peu rebelle, fier de son travail, et avait envie de fonder une famille avec moi.

Un an après, la grossesse s’annonce et nous emménageons ensemble… loin de mon lieu de travail mais tout proche du sien. Là, commence l’enfer…

Lui si érudit, si fort, si attentionné, si drôle, si attentif à sa santé … il crie, il insulte, il pleure, il promet, il supplie, il menace.

Je suis face à quelqu’un que je ne reconnais pas et je porte son enfant.

Il a fait peu à peu le vide autour de moi : ma famille qu’il insulte, mes amis qu’il ne supporte pas, allant jusqu’à me demander d’abandonner mon futur enfant etc.

Je suis prise dans une spirale dont je ne peux sortir : j’attends un enfant de lui, cette première paternité est-elle si difficile pour lui ?

Manipulateur Destructeur ou Pervers NarcissiqueJe mens à ma famille, à mon entourage. Comment avouer ce qu’est devenue ma vie ? Je vis dans l’angoisse permanente de ses crises, de ses hurlements, de ses menaces de suicide.

Au quotidien, ce ne sont que brimades, insultes, harcèlement. Il est odieux envers moi dont il trouve la vie inutile, m’empêche l’accès aux toilettes (il trouve ça très drôle), me réveille plusieurs fois par nuit, fait du bruit en permanence, m’oblige à vivre dans le noir… je suis épuisée, vidée, sans forces.”

Je ne suis plus capable de me rendre compte que ce que je vis n’est pas « normal »… Je suis prise au piège.

Quand je veux fuir, il pleure et me fait croire que moi seule lui ai apporté de l’amour, que sans moi, il meurt, que nous avons une famille qu’il faut préserver. Je ne suis pas masochiste, je n’aime pas les coups. Je ne veux pas être responsable du suicide du père de mon enfant. Je reste avec lui…

Tous ces “petits détails” que j’avais mis, à l’époque sur le compte de l’humour mal placé : blagues humiliantes et dégradantes, humour (plus que) noir …

Pourtant, il continue à travailler et il est, semble-t-il, un bon professionnel, apprécié de ses supérieurs.

Je tente de trouver du réconfort auprès de sa famille : j’apprends qu’il va beaucoup mieux depuis qu’il me connaît, qu’il se stabilise, qu’il a beaucoup changé, qu’il m’aime, que mon départ le détruirait… et qu’il faut que je fasse preuve de patience.

Puis viennent les menaces de mort. La violence redouble et devient quotidienne. J’ai très peur de ce qu’il pourrait faire à notre enfant s’il me tue…

Il n’hésite pas à perturber, faire pleurer (en criant ou en faisant claquer les portes), réveiller, molester (par poussette interposée par exemple) ou apeurer notre enfant, pour me faire accepter sa vision des choses, me forcer à vivre avec lui selon ses critères.

Je n’étais plus qu’un objet, une esclave à la solde de cette personne.

J’ai vu, le regard haineux, menaçant et meurtrier de mon mari… regard qui changeait du tout au tout dans la minute. Je ne l’oublierai sans doute jamais, il me glace encore, et cela contribue à entretenir la peur que j’ai de lui et le sentiment qu’il est capable de tout.

Mon ex-mari s’est fait passé pour la victime, il joue mon rôle et tout le monde le croit. Je n’arrive pas à prouver que c’est moi la véritable victime et que cet homme a de sérieux problèmes psychologiques.

Le psychologue responsable de notre dossier, me dit que Monsieur est un pervers narcissique : il le dit, mais n’a pas le droit de l’écrire dans son rapport pour le Juge !

Il se croit au dessus des lois… qu’il appelle des “clowneries” ! Quelque part, il a raison puisque la justice lui donne raison à chaque fois !

J’ai constaté qu’il a un rapport à la mort particulier, comme s’il voulait savoir « comment ça fait », comme si elle le fascinait… voilà pourquoi j’éprouve une telle frayeur s’il devait, un jour, se retrouver seul avec notre enfant.  »

 

 

Parce qu’il est encore difficile pour moi de mettre des mots sur ce que j’ai vécu, j’ai recueilli au fil du Web tous les mots qui me parlaient, qui décrivaient ce que j’ai subi sans en avoir vraiment conscience. Merci à tous les sites, associations, psychologues… qui se penchent dorénavant sur ce sujet pour nous aider, nous les victimes de ces MONSTRES…
Marie L. H de L, Victime d’un MD de Juin 1987 à Septembre 2004

 

 

ET VOUS ? Vous êtes ou vous avez été victime d’un pervers narcissique ? Apportez votre témoignage dans la partie Commentaires ci-dessous …

 

 

Retour

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une Note ...

User Rating: 4.85 ( 3 votes)

A Voir aussi

L’orgasme féminin

  A la suite d’une stimulation (stimulation génitale ou extra-génitale, sensations érotiques intenses), le cerveau …

Un commentaire

  1. Merci pour cet article.
    Et comment fait-on quand on a des enfants communs en garde alternée ?
    Je suis perdue.

Laisser un commentaire