Accueil - Famille - Enfants - Né(e)s « sous X »

Né(e)s « sous X »

 

 Recherche mère désespérément 

Sur le parvis des Droits de l’Homme, au Trocadéro, un jour avant la Fête des mères, les « né(e)s sous X » ont marqué à leur manière la Fête des mamans.

Ils ont crié leur douleur de l’insoutenable initiale de l’abandon sans trace. Car tous le disent, la vérité, même dure, vaut mieux que l’ignorance, le trou noir, le fantasme qui ronge, la mère pute, violée, folle, haineuse, incapable, morte, peut être…

MamanLa Coordination des associations pour le droit à la connaissance des origines (Cadco), organisatrice de cette manifestation, se bat pour une refonte du code de la famille qui supprimerait l’accouchement « sous X ».

La France, s’alignerait sur l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la Suisse ou la Grande Bretagne… Là bas, ceux qui, à leur naissance, ont été adoptés, accèdent dès leur majorité à leur dossier et à l’identité de leur génitrice.

En France, beaucoup de mères qui ont accouché « sous X » ont rejoint la coordination. Car peu d’entre elles ont accepté cette déchirure : le qu’en dira-t-on et la pression des familles les ont souvent contraintes à « oublier » leur enfant.

Qui freine alors à une modification de la loi ? Les familles adoptantes, de crainte de voir l’enfant leur échapper ? A peine. Les résistances viennent plutôt d’une certaine bourgeoisie « bien-pensante », mais des services sociaux qui craignent comme en Allemagne, une recrudescence des accouchements clandestins et des abandons qui mettent en jeu la vie de l’enfant.

On comprend mieux les hésitations du Ministre délégué à la Famille sur ce point sensible du Code de la famille. A suivre…

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une Note ...

User Rating: 3.7 ( 1 votes)

A Voir aussi

Réussir un dîner gourmand

  « Tu aurais du sel ?… Ça t’ennuie si je le repasse un peu sur …

Laisser un commentaire