Accueil - Quotidien - Psycho - Nos hommes sous la douche

Nos hommes sous la douche

 

CONNAISSEZ-VOUS LES HOMMES ?

Machos les français ? 44% des Français pensent qu’un ‘vrai homme’ d’aujourd’hui se définit par son succès auprès des femmes.

– 7% des hommes ont un ou plusieurs tatouages
– 2% des Français ont des piercings
– 54% des Français pensent qu’une épilation pour un homme ne relève pas de l’hérésie
– 10% des hommes n’utilisent pas de déodorant…
– 6% de ceux-ci ne sont pas dérangés par la transpiration lors d’un dîner amoureux
– 13% des hommes sont fiers de leur sexe lorsqu’ils se regardent nus devant la glace
– 5% des hommes se lavent avec le gel douche de leur femme et 1% celui de leurs enfants. Et ils sont tout de même 19% à utiliser des échantillons d’hôtel !
– 5% des hommes interrogés passent leur meilleur moment de la journée… aux toilettes avec un magazine !

 

Interview de Valérie Colin-Simard Psychothérapeute et écrivain

Je suis frappée de constater à quel point les résultats de cette étude offrent des similitudes avec les conclusions de l’enquête que j’ai menée pendant deux ans auprès d’hommes et de psys de toute obédience. Par exemple, 87% des hommes disent désormais se préoccuper de leur apparence, Ils sont prêts à utiliser une crème hydratante (74%), des huiles essentielles (65%), un gommage (60%) ou même une épilation (51 %).

Leur rapport au corps a changé. Les hommes sont en train de se réapproprier toute une dimension de leur personnalité (et partant, de la réalité) qu’ils avaient auparavant si souvent occultée, voire méprisée.

Le corps, libéré de plusieurs siècles de mauvaises compréhensions des valeurs judéo-chrétiennes, retrouve enfin auprès de la gent masculine ses lettres de noblesse. Il s’agit d’une transformation profonde.

Qu’est-ce qu’être un homme aujourd’hui ? Ils sont une impressionnante majorité à affirmer que c’est la liberté de penser et d’agir qui caractérise désormais l’homme idéal Autre phénomène nouveau.

L’homme d’hier suivait les rails tout tracés par sa famille et par la société à laquelle il appartenait. Il se glissait dans des rôles clés en main. Pourvoyeur économique de sa famille, il devait être fort, ne jamais exprimer ses doutes, sa sensibilité ou sa tendresse. Ses maîtres mots étaient : devoir, pouvoir, compétition. Ces valeurs, cette étude le confirme, ne suffisent plus à asseoir l’identité masculine. Pas plus que les valeurs d’autorité, d’argent ou de prestige institutionnel. L’homme n’en a tout simplement plus le monopole.

Aujourd’hui, l’homme se préoccupe de son bien-être. Il s’occupe de ses enfants et il le revendique. Les termes ‘plaisir’, ‘lâcher prise’, ‘épanouissement personnel’ font à nouveau partie de son vocabulaire. Il est à la recherche d’authenticité.

Nos hommes sous la douche !Les hommes sont maintenant à cheval entre deux mondes et ils en sont parfois déboussolés. En eux cohabitent encore les deux modèles. Ils se sentent tiraillés entre ces deux facettes de leur personnalité. S’ils veulent s’occuper de leur corps, aimer et être eux-mêmes, c’est rarement sans opposition. C’est une guerre intérieure (et extérieure) qu’ils vivent en permanence. Ils doivent trouver leurs propres repères. Un sacré challenge ! C’est la raison pour laquelle la liberté de penser et d’agir est si importante pour eux.

Selon cette étude, une grande majorité des hommes ne se reconnaît pas dans les images colportées aujourd’hui par la publicité. Ils les trouvent soit trop efféminées soit trop viriles. Cette opinion reflète la tendance que j’ai également observée. Les hommes aujourd’hui cherchent à retrouver une virilité débarrassée des scories du passé.

De même que les femmes ont dû reconquérir leur masculinité intérieure (indépendance financière et professionnelle, liberté d’action et de décision), les hommes sont en train de reconquérir leur féminité intérieure : le droit d’être vulnérable, sensible, tendre, ouvert et accueillant. Ils savent qu’un danger les guette : y perdre au passage leur virilité. Tomber dans la dépendance, la passivité et la soumission. Etre ‘féminisé’.

Autre danger, à l’opposé du premier : refuser le changement, nier sa vulnérabilité. Se couper de sa vie émotionnelle profonde, de son corps, de soi-même. Ne pas comprendre qu’être ferme n’oblige pas à être rigide. Etre ‘trop viril’.

Nous sommes tous désormais obligés de devenir des êtres humains à part entière, hommes et femmes à la fois. Les hommes aujourd’hui cherchent à trouver l’équilibre entre les facettes féminines et masculines de leur personnalité. Ils veulent pouvoir exprimer leur sensibilité, leur émotivité, sans perdre pour autant leur raison, leur rationalité, ni leur liberté.

Pour paraphraser Rudyard Kipling, ils veulent pouvoir être forts sans cesser d’être tendres, aimer sans être fous d’amour, rêver sans laisser le rêve être leur maître. Rester compétitifs tout en se préoccupant d’eux et de leur corps. C’est à cette condition qu’ils pourront trouver une nouvelle manière d’être, de vivre et d’aimer.

 

CONCLUSION

Cette étude confirme que les codes masculins traditionnels sont en recul : la force physique, la réussite sociale, les goûts d’hommes ne constituent plus des repères incontestables de la virilité pour eux. Les valeurs dans lesquelles ils s’incarnent sont plus asexuées et portent plutôt sur l’accomplissement personnel et la recherche d’authenticité.

Animés par ces valeurs narcissiques, les hommes d’aujourd’hui avouent volontiers s’occuper de leur apparence. Bien plus, il s’agit pour eux d’une question centrale dont ils parlent sans complexe. Ils reconnaissent chercher à plaire. Ils sont en phase avec le développement du marché des soins pour hommes en se montrant particulièrement ouverts aux produits susceptibles d’atténuer les défauts de leur corps et de renforcer leur pouvoir de séduction.

Le moment de la douche illustre bien cette volonté des hommes de se consacrer à eux-mêmes. Il passent du temps sous la douche et s’y ressourcent en y oubliant les soucis du quotidien. Elle constitue pour eux un moment fort et précieux de la journée.

Le déodorant cristallise le rapport des hommes à leur corps. Soucieux de plaire, préoccupés par les risques de transpiration, les jeunes hommes recourent largement au déodorant. Leurs besoins vont même au-delà de ce que l’on peut attendre du simple anti-transpirant : ils apprécient que les déodorants possèdent un parfum et ils aiment parfois en pulvériser sur leur torse, à la façon d’une eau de toilette.

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Notez-le ...

User Rating: 4.65 ( 1 votes)

A Voir aussi

Histoire de Pâques

  Fête anniversaire de la résurrection de Jésus. Dans l’église primitive on discuta beaucoup sur …

Laisser un commentaire