Accueil - Couple - Pourquoi devient-on infidèle ?

Pourquoi devient-on infidèle ?

 

 Vers une légitimisation ? 

Certains biologistes, au premier rang desquels figure le professeur Jared Diamond, ont développé la théorie selon laquelle l’humain, le mâle en particulier, serait naturellement infidèle.

Pour assurer sa descendance, l’homme devrait multiplier les rencontres sexuelles. Ce serait donc une loi de l’évolution inscrite dans ses gènes.

En multipliant les relations sexuelles avec le plus grand nombre de femmes différentes, l’homme multiplie ses chances d’avoir des enfants donc de transmettre ses gènes. D’un point de vue génétique, il aurait donc intérêt être « polygam » ».

Le schéma semble quelque peu inégalitaire. Pourquoi les femmes n’auraient-elles pas, elles aussi, besoin de choisir le meilleur géniteur !

 Pas de panique ! 

La notion de fidélité est et restera au cœur du couple.

D’après un sondage réalisé sur 1000 personnes (hommes et femmes âgés de 18 ans et plus), la fidélité dans le couple est indispensable à sa survie pour 66% des personnes interrogées. Pour 29% d’entre elles, elle est importante mais non indispensable.

D’après les conclusions de ‘Francoscopie 1999’, 93% des Français estiment qu’il est indispensable ou utile d’être fidèle pour réussir pleinement une relation amoureuse. 84% trouvent qu’il faut faire des efforts ou des concessions.

Pourquoi devient-on infidèle ?Selon un sondage Louis Harris/L’Express réalisé en mai 1999, il ressort que la fidélité dans un couple, c’est d’abord la franchise (36%), la solidarité face aux épreuves de la vie (35%) et enfin la fidélité sur le plan sexuel (17%).

Selon un sondage réalisé par la Sofres en 1985 sur ce qui tue l’amour, 39% des personnes interrogées mettent en tête de ligne l’infidélité. Ce qui laisse quand même un peu d’espoir !

Qu’on ne s’y trompe pas, ce nouvel art d’aimer n’a rien à voir avec le vaudeville classique. Bien au contraire. Aujourd’hui, la femme ne subit plus cette situation autrefois imposée mais choisit sa façon d’aimer. Il s’agit bien d’un nouveau rapport de forces dans le jeu amoureux, d’une nouvelle donne dans les rapports homme-femme.

 L’infidelité au féminin 

L’infidélité au féminin n’est plus un sujet tabou. Oubliez Madame Bovary et ses états d’âme, tout a changé. Aujourd’hui, l’infidélité féminine n’est plus un tabou : de nombreuses femmes pratiquent l’adultère, allègrement et sans trop mauvaise conscience.

Des chiffres évocateurs du changement des mentalités

Depuis vingt ans, les sondeurs qui posent la question incontournable « Vous est-il arrivé d’être infidèle ?  » obtiennent à peu près les mêmes réponses : 8 à 10% des femmes répondent oui contre 22 à 25% des hommes. Les hommes ont souvent tendance à sur-déclarer leur performance et les femmes à les sous-déclarer.

Selon un sondage effectué auprès d’un échantillon national de 500 femmes représentatif de la population des femmes âgées de 18 ans et plus et réalisé selon la méthode des quotas, l’infidélité féminine est de moins en moins perçue comme plus choquante que celle des hommes.

– Pensez-vous que l’infidélité est plus grave de la part d’un homme ou de la part d’une femme ?

– De la part d’un homme 6%
– De la part d’une femme 4%
– Aussi grave dans les deux cas 86%
– Sans opinion 4%

– Qu’est-ce-qui vous paraît le plus choquant ?

– Qu’une femme ait une liaison durable avec un autre homme 7%
– Qu’une femme ait des amants occasionnels 19%
– Autant l’un que l’autre 33%
– Ni l’un ni l’autre 38%
– Sans opinion 3%

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une Note ...

User Rating: Be the first one !

A Voir aussi

Comment bien élever un chaton ou un chiot ?

  Pour un compagnonnage agréable, il convient d’instaurer un respect mutuel avec un minimum de …

Laisser un commentaire