Accueil - Beauté - Pourquoi on grossit ?

Pourquoi on grossit ?

 

On a beau célébrer les femmes un jour par an, voter des lois pour établir la parité, l’égalité entre les hommes et les femmes en matière de poids et de graisse n’existe pas. Nous possédons, hélas ! beaucoup plus de tissu adipeux que les hommes.

Le tissu adipeux

C’est le nom scientifique, à vrai dire peu élégant, donné à la graisse quel que soit le corps qu’elle habite. Lorsque vous vous apprêtez à cuire ou à déguster une entrecôte, elle est généralement bordée d’une épaisse couche de gras. C’est le tissu adipeux du bœuf (ou de la vache) où se trouvait, quelques jours auparavant, cette tranche de viande. Les filaments blancs et gras qui « persillent » ce morceau sont aussi du gras. Il en est de même sous votre peau, autour et dans vos muscles et certains de vos organes.

KilosBien qu’il soit très inégalement réparti, ce tissu adipeux est installé partout dans votre corps, sauf sur le dessus du crâne, des mains et des pieds. Il est facile de vous en rendre compte : tâtez. Là où vous sentez l’os sous vos doigts, il n’y a pas de gras. Saisissez, entre le pouce et l’index, un endroit, n’importe lequel, de votre ventre ou de vos cuisses : le pli qui se forme, c’est de la graisse.

Le tissu adipeux vous agace, vous incommode quand il est devenue trop envahissant. Mais quand il est insuffisant, ce n’est pas mieux. Un corps décharné est horrible.

On oublie souvent qu’une des fonctions de la graisse est esthétique : c’est elle qui donne ses formes au corps. Son autre fonction est d’être un réservoir de calories, d’énergie.

Le poids du tissu adipeux

Première différence : chez un homme, le tissu adipeux représente 12 % environ de son poids normal, chez la femme … 25 %, sans qu’elle ait des kilos en trop pour autant.. Ainsi, un homme mesurant 1 m 73 et pesant 70 kg possède de 8 à 10 kilos de graisse. Ce stock est de 12 à 15 kilos pour une femme dont la taille est de 1 m 62 et le poids de 60 kg.

Une femme est normalement, physiologiquement deux fois plus grasse qu’un homme. La nature l’a décidé ainsi et à cela nous ne pouvons rien.

Que nous le voulions ou non, nous traînons le poids physiologique de notre sexe. Nous avons souvent tendance à oublier maintenant une réalité capitale : nous sommes faites, fabriquées, constituées avant tout, pour donner la vie et perpétuer l’espèce humaine.

Cette fonction demande de l’énergie pas seulement intellectuelle mais physique ! C’est pourquoi nous sommes équipées pour posséder de grandes réserves d’énergie afin de pouvoir non seulement fabriquer mais aussi nourrir des enfants en toutes circonstances, même si nous ne mangeons pas suffisamment.

Biberons, laits maternisés, contraception, tous ces moyens que nous avons mis en place pour dominer la maternité ne changent pas un fait : physiologiquement, nous sommes les mêmes que la femme des cavernes que son mec tirait par les cheveux pour la ramener au coin du feu cuire le mammouth qu’il venait de tuer et que, repus, il engrossait après qu’ils aient mangé (ou avant en attendant que le mammouth soit cuit !).

Cette femme nourrissait au sein ses enfants survivants jusqu’à ce qu’ils aient des dents pour pouvoir croquer des céréales et du mammouth. Elle devait donc avoir suffisamment de provisions d’énergie en elle, le mammouth étant rare, pour pouvoir fabriquer et nourrir ensuite ses enfants.

Nous avons fait beaucoup de progrès depuis, mais nous n’avons rien changé à notre condition physique de grasse. Une étude récente faite sur des femmes candidates à une procréation assistée a démontré que la graisse du bas (celle des cuisses et des hanches) favorisait leur fécondité.

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Notez-le ...

User Rating: 5 ( 1 votes)

A Voir aussi

Votre alimentation pendant la grossesse

  Pour rester en forme, il faut manger équilibré. Vous ne devez pas manger deux …

Laisser un commentaire