Accueil - Couple - Savoir ne pas tout faire à deux !

Savoir ne pas tout faire à deux !

 

Parfois l’indépendance du couple peut même être poussée à l’extrême, lorsque les conjoints ne vivent pas dans la même région ou le même pays, par exemple.

Quand un couple est aussi peu fusionnel, il faut bien sûr que la confiance soit totale. S’il se greffait en plus de ces longues séparation une histoire de jalousie, ce serait terrible.

Aux antipodes de ces couples où chacun a pris ses distances avec l’autre, les couples fusionnels, comme s’ils avaient horreur du vide, cherchent une osmose totale. On essaie de se fondre dans l’autre, on s’efforce de l’avoir tout à soi.

couple-promenadeQuand on éprouve cette exigence d’une dépendance totale de l’autre, ce désir de fusion va presque jusqu’à dévorer l’autre. Et ce sentiment peut être aussi très féminin. La femme veut alors faire de son amour un objet ou un esclave.

Un couple peut aussi être fusionnel par l’effet d’une contrainte imposée par l’un des deux et motivée par la jalousie, l’éternelle peur de voir l’autre s’échapper.

Cela risque vite de devenir insupportable. L’amour fusionnel est un étouffoir aussi polluant que l’amour libre, son contraire absolu.

La vérité se situe comme toujours au milieu. Celui ou celle qui s’arroge un droit de propriété indivisible sur son conjoint sera toujours grugé(e) dans la situation qu’il (elle) a contribué à mettre en place. La jalousie vue sous cette angle n’est rien d’autre que de la tyrannie.

Ce type de couple fusionnel est vécu par celui qui le subit comme une impossible exigence de l’autre. Consenti le temps de l’amour passion, même s’il reste difficile à supporter, ce couple fusionnel est ensuite rejeté, parfois même violemment.

Où doit commencer le désir de liberté ?

La fusion totale est illusoire, bien sûr. Après les premières découvertes et les émerveillements amoureux, quand le corps de l’autre et notre désir de lui forment tout notre univers, on doit, au contraire, apprendre à supporter, puis à aimer les différences.

On doit continuer à exister à côté de l’autre. De plus, la liberté nouvelle que les femmes ont conquise, aussi bien dans leur famille, leur travail ou la vie de tous les jours, les rend aussi plus exigeantes en amour.

Aujourd’hui, la plupart des femmes ne se satisfont pas d’un couple à moitié réussi. Si on est déçu, on s’en va et l’on tente de reconstruire ailleurs un autre couple.

Pourtant, à chaque fois le processus de construction et les difficultés rencontrées obéissent au même schéma : il faut accepter ce conflit terrible d’une rencontre amoureuse qui, si elle dure et que l’on veut former un couple, fait évidemment perdre de son individualité et de sa liberté.

Même si l’on se défie avec raison des couples fusionnels, qui peuvent rarement exister dans la durée, l’origine du couple reste tout de même cette étrange fusion de deux individus.

Fusion inaboutie puisque, pour que le couple soit réussi, elle doit s’arrêter avant la destruction de chaque individu, difficile gageure. Si on y parvient, on se sent bien plus fort, le couple non fusionnel respectant chacun des individus et devenant comme une imprenable forteresse.

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Notez-le ...

User Rating: 5 ( 1 votes)

A Voir aussi

Halloween

  Quelque chose se cache derrière Halloween. Là, dans l’ombre des temps celtiques oubliés, se …

Laisser un commentaire