Accueil - Beauté - Tout le monde aux bains

Tout le monde aux bains

 

Rituel religieux , le bain, comme le baptême, permettait de purifier le corps et l’âme.

Aujourd’hui, il garde toujours une vocation qui dépasse la simple hygiène…

Alors, adieu la routine , nous vous invitons à faire le tour du monde des bains.

En Finlande : le sauna

Élément incontournable du quotidien finlandais, plus qu’un lieu où on se récure, le sauna représente un ensemble de croyances et de coutumes.

La manière dont les Finlandais vont au sauna est naturelle. Chacun écoute son corps et c’est à son propre rythme que l’on va au sauna, dans la salle d’eau pour se laver, que l’on sort prendre l’air ou se baigner dans l’eau d’un lac ou dans la mer.

Jadis, la visite au sauna permettait de se laver avec soin au moins une fois par semaine. Aujourd’hui, même si le bon niveau d’équipement sanitaire des logements supplante le sauna dans sa fonction première, on considère toujours le sauna comme un élément indispensable de la salle de bains.

Au-delà de la notion d’hygiène et de propreté , on attribue au sauna bien d’autres vertus. Dans le passé, on allait au sauna pour soigner les maladies dont on était atteint ; c’était l’endroit où les guérisseurs traditionnels pouvaient en toute tranquillité se consacrer à leur tâche. La croyance dans l’effet thérapeutique du sauna n’a toujours pas disparu à notre époque, même si l’on sait que l’usage du sauna ne prévient ni ne guérit des maladies chroniques.

Tout le monde aux bainsEn Turquie, le hammam

La tradition du bain turc est très ancienne. Quand les Turcs sont arrivés en Anatolie, ils ont apporté avec eux leurs traditions et ont été confrontés à d’autres variantes locales : les bains Romains et Byzantins. Les traditions ont fusionné et un nouveau concept est né : le bain turc.

Pour les Turcs, le bain est beaucoup plus qu’un endroit où l’on se lave. Il est intimement lié à la vie quotidienne. C’est un lieu où les gens, jeunes et vieux, riches et pauvres, peuvent venir librement. La coutume veut que les hommes et les femmes se baignent séparément. L’usage veut que les musulmans se baignent fréquemment, en particulier le vendredi, jour sacré.

De nos jours , beaucoup de hammams de la période ottomane sont toujours en service. Dans un bâtiment voûté, caractéristique de l’architecture ottomane, on porte le tissu traditionnel, le pestemal, pour se couvrir, on s’asperge d’eau chaude ou froide, on se savonne à souhait et l’on s’allonge sur une pierre chaude.

On s’y étend pour se reposer , transpirer et se faire masser… La forte température calme tensions musculaires et courbatures, favorise le sommeil : les glandes sudoripares sécrètent de la sueur et éliminent les déchets, nettoyant l’épiderme en profondeur.

Au Japon, Onsen et Sento

L’art du bain au Japon dépasse tous les raffinements imaginés ailleurs. Mais au-delà du bien-être procuré par les sources naturellement chaudes, c’est tout une manière d’être dans le bain.

Le sento (bain public) n’est pas fait pour se laver mais pour se détendre. Il convient donc de se nettoyer avant d’y pénétrer. Une fois prêt, il faut y entrer doucement car la température de l’eau oscille entre 40° et 50° C. Comme la majeure partie des bains publics, on va dans les sento pour se retrouver, bavarder et se relaxer.

La version thermale du bain public s’appelle le onsen. Il y en a un peu partout au Japon. Ce sont des sources naturelles d’eau chaude, parfois en plein air, qui ont une action bienfaisante pour le corps. Le plaisir du bain dans les eaux naturellement chauffées par le sol volcanique a deux visages : aux bains solitaires au milieu du silence de la nature s’opposent les bains collectifs, pris parfois aussi en plein air.

Les onsen ont en général des propriétés curatives reconnues. Mais la première caractéristique de ces sources d’eau chaudes, c’est qu’elles sont relaxantes.

 

Alors bon bain !!!

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Donnez une Note ...

User Rating: Be the first one !

A Voir aussi

La Fraise

  Aliso, Cambridge favourite, Pajaro, Chandler, Elsenta. Non, non, ce ne sont pas les derniers …

Laisser un commentaire