Accueil - Quotidien - Psycho - Victime d’un manipulateur destructeur

Victime d’un manipulateur destructeur

La victime risque alors de plonger dans la dépression qui peut aller jusqu’au suicide.

Nous pouvons remarquer également que le PN crée des « dossiers », dans son esprit ou même plus concrètement, et cela bien avant qu’il n’y ait le moindre problème afin de pouvoir les utiliser en cas de besoin… Il semble qu’il anticipe instinctivement les résistances que la victime montrera un jour ou un autre.

Son mode de fonctionnement est totalement calculateur et de la manière la plus sombre qui soit. C’est un stratège de la pire espèce. Un traître pour qui tous les coups sont permis.

Un sombre personnage qui continuera de détruire sa victime alors qu’elle est à terre en continuant de la détruire psychiquement, en la mettant parfois dans l’incapacité de se défendre par la ruine financière, en la laissant dans l’incompréhension sociale et donc totalement seule face à sa perte.

Un pervers narcissique qui se sent en danger devient imprévisible. Sa violence n’est pas une perte de contrôle mais une PRISE de contrôle !

J’ai personnellement constaté qu’en dernier recours, lorsque le PN est définitivement démasqué, son acharnement à détruire le pousse à des actes insensés qui vont à l’encontre même de ses propres intérêts. Il s’acharne à détruire quitte à être détruit avec l’autre.

Sa notion de l’honneur est particulièrement primaire.

C’est lorsque la victime trouve suffisamment de lucidité qu’elle devient « dangereuse ». Dès lors, la mise à mort semble irréversible. L’objet du problème n’existant plus, le problème n’existe pas.

Lutter contre ce Fou est malheureusement pratiquement impossible car jamais la victime ne pourra exceller dans l’art de la manipulation, de la dissimulation, du mensonge, de la fourberie et autres procédures judiciaires.

Bien souvent terrorisée, la victime sera contrainte de laisser le prédateur agir à sa guise.

Celui-ci est capable de continuer à détruire sa victime alors même qu’elle se trouve déjà à terre. Rien ne semble pouvoir l’arrêter et il trouvera des appuis complaisants dans ceux qui l’entourent et à qui il passera un message complètement faux, mais suffisamment convainquant.

Même la justice ne semble pas pouvoir à l’heure actuelle, définir le Pervers Narcissique et donc le contrer.

Il n’est donc pas rare de voir ces   Fous   continuer de vivre en toute quiétude, laissant derrière eux, le cadavre de ceux ou celles qui lui ont donné leur âme.

Extrêmement procédurier, le PN usera aussi de toutes les règles de « justice » pour atteindre son but, protéger son image.

Victime d'un manipulateur destructeur

Les seuls droits et devoirs sont ceux qui vont nourrir son ego.

A l’inverse, la victime évoluant le plus souvent sur le plan de la confiance, se retrouvera parfois au tribunal pour atteinte à l’image de son « meurtrier » !

Le Pervers Narcissique évolue dans une boue visqueuse qui fait partie intégrante de lui et qui a la particularité de digérer la victime pour se nourrir de sa substance.

Je pense que c’est une personne particulièrement vide et qui possède la perfection sublime de l’art de la trahison pour vivre dans cette ombre nauséeuse. Sans sa victime, le pervers narcissique reste insignifiant.

Pourtant, il a bien souvent une position sociale importante, ce qui d’ailleurs tend à rassurer la victime potentielle qui aura l’impression d’être valorisée par cette rencontre pourtant mortelle.

Bien souvent, il doit déjà son statut aux personnes qu’il aura manipulées dans le passé.

Le PN est doué d’une intelligence particulière et d’une absence de morale.

La sexualité du pervers narcissique est très souvent déviante. Il arrive à obtenir de sa victime qu’elle consente à tous les sacrifices moraux. Il peut osciller entre domination extrême et soumission ponctuelle.

On observe également de très nombreux cas d’inceste qui sont rarement reconnus par la justice… On retrouve là encore la problématique du lien à la mère qui n’est pas résolu.

Au sortir d’une relation avec un pervers narcissique, la victime se trouve dans un état de choc post traumatique extrêmement intense. Elle est totalement morcelée, déstructurée. Tout doit être reconstruit. La victime a perdu tous ses repères. Son anxiété est au paroxysme et d’une manière constante.

Elle est dans un système de pensée exceptionnelle qui l’empêche de raisonner et de prendre du recul. Tout espace est « mangé par sa pensée ».

Bien souvent, elle veut se suicider car elle est dans l’incapacité d’imaginer un avenir sans son bourreau.

Elle ressent le besoin viscéral de faire connaître son histoire, mais la plupart du temps n’est pas crue ou pire, est condamnée en diffamation par son persécuteur.

Elle ressent également le besoin que l’on mette avec elle le nom de « pervers narcissique » sur celui qui l’a détruite. A ce stade, elle doit être acceptée dans le statut de « victime ».

La plupart du temps, les dommages collatéraux sont immenses. Enfants, parents, amis, tout a été ravagé. La victime se trouve au banc de la société, souvent dans une grande précarité.

Elle n’a plus la force de mettre en place ce qui pourrait l’aider et tourne en rond dans sa panique comme un oiseau devenu fou dans une bulle de verre.

L’épuisement n’est pas que moral. Des maladies ont pu se frayer un chemin dans ce corps laissé à l’abandon. Maladie de Crohn, cancer…

Une fois la situation définie, la seule chance de la victime est de   FUIR  !  

 

 

Source Geneviève Schmit

 

 

 

Cet article vous a plu ?

Ecriture
Pertinence

Notez-le ...

User Rating: 4.88 ( 3 votes)

A Voir aussi

Petit dictionnaire bilingue

Bien que nous utilisions les mêmes mots, nous ne leur accordons pas le même sens. …

Laisser un commentaire